-

Cliquer pour retourner vers la page d'accueil du vigneron.

PINOT GRIS




Génériques
Grands Crus
VT et SGN

GENERIQUES  Haut de la page.

Pinot gris 2008
Les Eléments

Nez frais, sur la mirabelle, la cire d'abeille et le sous-bois en toute élégance et discrétion (fougère, bois de réglisse, sapinière).
Bouche amplement fruitée sur une définition de structure qui est parfaite.
Longueur et équilibre.
Il mérite un coup de coeur.

Apogée : 2012/2016
Dégustation : janvier 2012

         

Haut de la page.

Pinot gris 2001
Beblenheim

Ample, fondu et avec des contours parfaitement dessinés d’une trame d’acidité qui est pleine d’allant.
Vraiment, un frais pinot gris d’une spontanéité expressive sincère pour une malle de matière qui s’avère pourtant riche.
Ce juste compromis mérite presque un Coup de cœur.

Apogée : 2004/2006
Dégustation : juin 2004

 

Haut de la page.

GRANDS-CRUS  Haut de la page.

 FURSTENTUM 


Pinot gris Furstentum 2005

Robe au disque épais.
Une attaque de nez horizontale, un peu teigneuse et/ou effacée, terreuse/sur les racines et moyennement fruitée.
Le palais enfle graduellement au roulement du liquide sur les papilles et délivre de la force sans heurtement.
La finale est douce sans douceur et d'une plénitude évidente.
Globalement, sa définition se révèle coordonnée et d'appoint.
C'est un bon vin qui est digne du Furstentum.

Apogée : 2012/2015+
Dégustation : janvier 2012

Haut de la page.

Pinot gris Furstentum 2000

Robe jaune avec reflets orangés.
Un arôme encore un peu discret mais riche (mandarine et marmelade d’orange) et sur les intonations d’une vendange différée (colle).
Tout à la fois serré, capiteux, ample et profond, ce vin qui livre une liqueur sous-jacente bien présente signant la surmaturité de la récolte aurait pu parfaitement se consigner dans l’appellation en VT par cette acidité assez typique qui semble avoir été effectivement affinée par une attaque de botrytis.
Ce pinot constitue un assortiment homogène, mûr et élégant, d’excellente extraction.
Très jolie finale sur les agrumes fondus.
Proche d’un coup de cœur.

Apogée : 2006/2010
Dégustation : mai 2004

Haut de la page.

 SONNENGLANZ 


Pinot gris  Sonnenglanz 2008

Jus de goyave, poire, mandarine et profondeur du fruit, notes de bruyère et aussi de poivre parfumé genre de Tasmanie (arôme particulier pour ce cépage et à signaler) ainsi que de cardamome.
Bouche colorée, persistante et intense en arrière palais.
Il mérite facilement un coup de coeur.


Apogée : 2013/2016+
Dégustation : janvier 2012

         
 

Pinot gris  Sonnenglanz 2002

Robe or.
Nez de surmaturation avec du botrytis, des arômes de champignons et de fruits confits.
Bouche corsée et d’amplitude également.
La puissance et la race se reflètent dans ce Grand Cru qui sied bien au pinot gris mené de la sorte.
La finale est graduelle et est atteinte d'une richesse harmonieuse rare telle le Kitterlé ou le Rangen, le relief ou le feu en moins.
C’est un coup de cœur.


Apogée : 2009/2013+
Dégustation : mai 2007

         
 

Pinot gris  Sonnenglanz 2001

Nez riche d’une arête centrale timide, d’un arôme assez dissipé de sucre impalpable, de cendres et sur une définition fruitée encore légèrement engourdie (potiron).
D’une conformation de structure horizontale un brin lourd et pâteux, il consent au final une bonne empreinte de bouche corsée, charpentée et fondue d’une certaine race.

Apogée : 2005/2007
Dégustation : avril 2004

Haut de la page.

VENDANGES TARDIVES - SELECTIONS DE GRAINS NOBLES  Haut de la page.

 SELECTIONS DE GRAINS NOBLES 


Pinot gris  Sonnenglanz 2008
SGN

Couleur jaune ambré.
Construit, botrytisé largement et très complet dans la forme comme dans l'attente.
Pâte d'abricot, éthers nobles et grande persistance.
Il ne s'avère pas ultra complexe, mais doté d'une constitution fameuse et qualitative.
Il mérite un grand coup de coeur.


Apogée : 2015/2018+
Dégustation : janvier 2012

         

Haut de la page.

Pinot gris  Sonnenglanz 2000
SGN

La teinte et l’épaisseur de la robe assure du niveau de cette vendange récoltée sur le tard.
Une sphère olfactive large, complexe et très mûre d’orange et de prunes chaudes.
Bouche bien grasse de reine-claude sucrée et de pruneau.
Peu épicé, c’est un vin gorgé de soleil en fruits matures et dans la concentration et le poids d’une matière qui n’est pas mollassonne mais qui reste équilibrée par une acidité suffisante très bien ordonnancée.
Il faudra patienter pour une meilleure assimilation des sucres résiduels.
Coup de cœur et à deux doigts d’un double coup de cœur.


Apogée : 2008/2013 ?
Dégustation : juin 2004

         

Haut de la page.