-

Cliquer pour retourner vers la page d'accueil du vigneron.

GEWURZTRAMINER




Génériques
Grands Crus
VT et SGN

GENERIQUES  Haut de la page.

Gewurztraminer 2006

Robe vraiment jaune foncé.
Un nez qui se décante bien à l'oxygénation prolongée pour laisser se détendre des arômes de fruits confits (poire, abricot) et exotiques (mangue ou papaye par exemple).
Bouche pleine, puissante, corsée et qui tient la route.
Proche d'un coup de cœur.


Apogée : 2009/2011
Dégustation : octobre 2008

Haut de la page.

 

GRANDS-CRUS  Haut de la page.

 KESSLER 


Gewurztraminer Kessler 2008

Il présente plus de puissance que son cousin le Saering de la même année et une teinte plus affirmée.
Arômes discrets de pêche de vigne/melon, mais assez parfumés sur les épices sèches ou les fruits épicés (anis, cannelle, zeste d'orange séchée) et la cire d'abeille.
Bouche expressive, sur l'abricot et la pêche à nouveau.
Il doit encore dégrossir un peu le gras de la finale à également de petites amertumes qui vont s'arrondir.
Il est assez proche d'un coup de coeur.


Apogée : 2014/2016+
Dégustation : juin 2012

Haut de la page.

Gewurztraminer Kessler 2003

Un remarquable vin de gewurztraminer aux saveurs un peu miellées et bien dans le caractère de ce Grand Cru qui lui confère de la complexité, une matière riche et fondante sur une structure d’une vraie identité de style.
Arômes et saveurs multiples de poire jaune, de sirop de poire, de melon, de tilleul et de gingembre.
Ce vin procure du plaisir, une sensation de fruits gorgés de soleil à portée de bouche mais sans se départir de la race (dans la finesse) qui est la signature de ce terroir marno-gréseux.


Apogée : 2006/2010
Dégustation : août 2004

         

Haut de la page.

Gewurztraminer Kessler 2002

Parfums floraux complexes d’une grande harmonie avec une tendre minéralité et quelques agrumes en toile de fond.
Texture de mâche subtile, délicate, fraîche, sur une bonne concentration.
C’est un gewurztraminer fin, d’une bonne articulation en saveurs et d’une puissance contenue.
A deux doigts d’un coup de cœur.

Apogée : 2004/2007
Dégustation : septembre 2004

Haut de la page.

Gewurztraminer Kessler 2001

Robe jaune moyen de reflets argentés et au disque épais.
Une cuvée au nez très complexe et racé mais dont la jeunesse ne développe pas tout à fait le potentiel.
Des arômes de lard, d’écorces de bois exotiques, de mimosa, de tilleul, de lavandin, de noix de coco et de miel de romarin.
Cette cuvée, charnue et délicieusement onctueuse, déroule généreusement ses saveurs sur de la pâte à fruits.
Une moulure acide de grande extraction tient en respect la richesse de la matière.
Le filigrane du terroir s'affiche par cette fibre minérale qui transperce sans peine la carapace de cet ensemble mensuré.
Un grand vin de gewurztraminer! A attendre.
Un vin d’exception au dessert. 
13 degré d’alcool, 62 g de sucre résiduel.

Apogée : 2005/2009
Dégustation : octobre 2002

         

Haut de la page.

Gewurztraminer Kessler 2000

Robe épaisse d’un jaune argenté assez assuré et avec de naissants reflets vermeils. 
Un nez riche de fruits exotiques assez sucrés comme le kaki, le miel d’acacia, un peu la rose mais surtout la violette confite. Bouche confortablement miellée et opulente, sur des saveurs d’angélique confite, de gingembre et de légères sensations épicées de décoction de fleurs de montagne avec toujours cette fragrance de violette confite en finale pleine de charme. 
L’important sucre résiduel (80 g) donne au vin de la rondeur, mais la sérieuse structure de la matière et la finesse (pour l’instant encore en sourdine) devrait permettre une certaine digestion de l’ensemble d’ici 4 ou 5 années. 
Un vin plein de promesses. 

Apogée : 2005/2006
Dégustation : octobre 2001

 

Haut de la page.

 KITTERLE 


Gewurztraminer Kitterlé 2005

Poire, ananas confit, pivoine, poivre parfumé.
Charpenté, gorgé de fruits mûrs, un peu alcooleux en finale, mais une définition racée du terroir et du caractère.
Apogée : 2009/2011.

Apogée : 2009/2011
Dégustation : septembre 2008

 
 

Haut de la page.

Gewurztraminer Kitterlé 2004

Jaune or.
Nez au moelleux fondu, d'un entrelacement de fruits d'orange et exotiques (goyave, kaki), de fleurs (sureau, pivoine) et d'un miel discret, mais corsé genre miel de châtaigne.
La bouche est soyeuse avec une très bonne expression de fruits portée davantage sur le versant en agrumes par rapport au nez.
Bonne longueur et finale fraîche sur le floral et les épices (baies de genièvre et clou de girofle).
C'est un grand coup de cœur.

Apogée : 2008/2011+
Dégustation : septembre 2007

         
 

Haut de la page.

Gewurztraminer Kitterlé 2001

Un vin qui allie judicieusement les extrêmes.
Une perception olfactive serrée mais fine.
Des arômes d’orangette, de fruits exotiques (papaye, mangue), de mirabelle et de poivre rose.
Une bouche riche en glycérine, tactile et gracieuse.
C’est un vin accessible, plein de joliesse, multiple et plein de ressources à la fois.
Sa dégustation se pare d’une matière assez pulpeuse et d’une finale du meilleur acabit sur l’amertume des préparations en fruits confits comme la clémentine.
En définitive, ce qui fait la grâce de ce grand cru est sa superbe texture aérienne et sa vibrante rémanence.
L’équipe travaille merveilleusement bien cette nouvelle acquisition de grand cru.
A deux doigts de la mention coup de cœur.
14 degré d’alcool, 27 g de sucre résiduel.


Apogée : 2003/2007
Dégustation : octobre 2002

Haut de la page.

Gewurztraminer Kitterlé 2000

De couleur dorée, cette nouvelle acquisition sur le grand cru est retravaillée par l’équipe mais donne déjà l’idée des dispositions de ce terroir à forte pente. 
Une gamme de senteurs sur les fruits en sirop de sucre, un peu beurré. Ce vin procure une sensation tactile de grande qualité contenue par une certaine rigueur d’expression et prolonge ses arômes sur l’angélique confite, les épices (poivre de Madagascar) un peu de réglisse et de jujube. 
Sucre résiduel : 42 g. 


Apogée : 2002/2005
Dégustation : août 2001

 

Haut de la page.

 SAERING 


Gewurztraminer Saering 2008

Ce vin dispense beaucoup de finesse et d'équilibre.
Des aspects floraux variés (acacia, fleurs d'oranger, jasmin), un fruit de mandarine et de délicates épices.
Le palais est parfait et tout en nuances.
Très jolie allonge.
C'est un coup de coeur.


Apogée : 2012/2015+
Dégustation : juin 2012

         

Haut de la page.

Gewurztraminer Saering 2001
Label bio

Robe jaune assez profonde aux reflets verdâtres.
Les senteurs s’intriquent dans une déclinaison florale sur un versant capiteux épicé d’une part (lilas, giroflée, genêt) et un autre versant subtil mais sans évanescence comme la rose et le chèvrefeuille, ainsi que des impressions de couque (pain d’épices bien cuit).
Un vin très corsé, d’une composition relativement profonde et sur une charpente en alcool appuyée mais sans assèchement.
Finale puissante, assez fougueuse, sur une trame d’amertume de bon aloi (amande amère) et une acidité non encombrante, mais étriquée et idéale pour "l’expression du genre".
Plus de 15 degré d’alcool, 15 g de sucre résiduel.


Apogée : 2004/2007
Dégustation : octobre 2002

Haut de la page.

 SPIEGEL 


Gewurztraminer Spiegel 2004

Classicisme de la robe.
Floral et finement miellé (miel de tilleul), de citronnelle et avec aussi des arômes tendres d'orange amère, de pâte à coing et de berawecka.
Un palais délicat sans lourdeur empreint de saveurs charmantes et harmonieuses.
Un grand gewurztraminer qui possède de l'esprit.
Il mérite bien un coup de cœur.

Apogée
: 2008/2011
Dégustation : septembre 2007

         

Haut de la page.

Gewurztraminer Spiegel 2001

Robe jaune scintillante.
Un nez fondu et homogène sur la pivoine, le fruit mûr comme du melon d’Israël, l’anis vert, un peu de muscade et de girofle.
Bouche de volume sur un fruité redondant, éclatant et délicat.
Une finale élégante et assez pure sur la menthe et sans sucres résiduels roucoulants.
Un excellent Spiegel, légèrement moelleux mais assuré d’une fraîcheur qui donne au vin une harmonie et un grand équilibre entre toutes les composantes de structure.
13,5 degré d’alcool, 40 g de sucre résiduel.


Apogée
: 2004/2006
Dégustation : octobre 2002

Haut de la page.

VENDANGES TARDIVES - SELECTIONS DE GRAINS NOBLES  Haut de la page.

 VENDANGES TARDIVES 


Gewurztraminer Kessler 2007
VT

Couleur classique.
Un nez en place et complet, sans exubérance.
Agréablement fumé, floral, miellé et sur la figue plus un fruit confit léger.
Bouche très équilibrée, moelleuse, délicate et longue.
Il mérite un coup de coeur.


Apogée : 2014/2018
Dégustation : juin 2012

         

Haut de la page.

Gewurztraminer Kessler 2006
VT

Robe jaune classique de cette spécialité.
Nez un peu floral et clair (œillet, pivoine) et surtout des fruits confits très beaux.
Miel d'acacia assez intense en bouche et de très bonne facture, du fruit et de la longueur; pur et sans vergogne.
Rien ne manque.
C'est un coup de cœur.


Apogée : 2010/2015+
Dégustation : octobre 2008

         

Haut de la page.

Gewurztraminer Kessler 2002
VT

Jaune or prononcé.
Fleurs en pot-pourri, fruits très variés et des épices (anis, poivre aromatique et girofle) au nez.
Bouche gorgée de fruits fondants en agrumes confits comme en déclinaisons miellées.
Grande fraîcheur et magnifique persistance ou longueur.
Le retour au palais sur l'orange amère et l'abricot est superbe, et le floral et les épices donnent la complexité.
À deux doigts d'un double coup de cœur.


Apogée : 2010/2014+
Dégustation : septembre 2007

         

Haut de la page.

Gewurztraminer Kitterlé 2001
VT

Grand nez de rose et de figue.
Finale sur la datte.
La grande classe de ce très noble grand cru est dans le verre. Depuis le corps, puissant et doux à la fois, jusque dans la matière, majestueusement suave et racé.
C'est un coup de coeur.


Apogée
: 2006/2008
Dégustation : septembre 2004

         

Haut de la page.

Gewurztraminer 1997 
VT et SGN

Ces vins nous ont régalés pour les raisons déjà dévoilées dans la fiche du vigneron : leur notoriété n’est en rien usurpée car cette dégustation confirme le supplément d‘âme des cuvées, l’exactitude des arômes où l’on sent poindre un délicat et fin botrytis, la puissance contenue dans une prodigieuse gangue d’acidité biseautée par un orfèvre qui confère au vin cette grande persistance sans fatiguer le palais. 
Nous vous les recommandons; ces vins sont beaux et bien balancés.

Apogée : -
Dégustation : -

Haut de la page.