-

RIESLING




Génériques
Lieux-dits
Grands Crus

GENERIQUES 

 

Riesling 2007

Jaune olive.
Nez un peu sucré en apparence, mais la bouche démontre le contraire: rêche, sèche, droite et d'allonge.
Un vin qui s'accordera facilement à table.

Apogée : 2009/2011
Dégustation : septembre 2008

 

Riesling 2000

Un vin assez franc, bien sec et sur une finale (un peu raide) qui est le reflet d’une bonne définition.
Un registre aromatique sain mais relativement simple et d’une intensité moyenne (citronnelle, aubépine, légèrement noisette).


Apogée : 2002/2004
Dégustation : novembre 2002

 

LIEUX-DITS 

BELZBRUNNEN 


Riesling  2008
Belzbrunnen

Très bel effet de la robe.
Intensité de l’arôme de citron.
Longueur, finesse, race et pureté des amers.
Un vin sec et gastronomique.
C’est un coup de cœur.

Apogée : 2013/2016
Dégustation : avril 2012

         
 

Riesling  2004
Belzbrunnen

Très jolie robe citron clair.
Un nez droit, complet et bien caractérisé.
Des arômes de citron, de fleurs (chèvrefeuille, seringua, robinier) et de fraîcheur comme le basilic, la mélisse et la verveine.
La bouche est élégamment structurée avec une acidité incisive noble.
Une aimable minéralité d'une bonne définition participe au répertoire.
C'est un riesling parfaitement équilibré rempli de qualités.
Il mérite facilement un coup de cœur et est proche du double.


Apogée : 2008/2011+
Dégustation : août 2007

         
 

Riesling  2002
Belzbrunnen

Un superbe riesling subtil, sensuel, aérien et fin comme les amateurs des terroirs de grès l’imaginent en canon.
Magnifique pureté des saveurs, goûteuses à souhait et englouties, presque par magie, dans l’alliage d’une acidité ciselée parfaite d’expression.
Comme toujours pour ces terroirs : arômes complexes et discrets de fougère, de sous-bois, d’épices douces, qui évoluent beaucoup à l’aération dans le décours de la dégustation.

Apogée : 2005/2007
Dégustation : septembre 2004

         

Riesling  2001 
Belzbrunnen

Une cuvée qui possède un fruité délicat, mûr et pur.
Des arômes discrets, fins, de verveine, de fougère, d’osier et légèrement de mimosa.
Il gratifie par une belle graduation des sensations gustatives sur une attaque aimable puis un corps qui s’affirme et une finale qui se resserre sur une délicieuse vivacité qui pointe la minéralité de ce terroir (voisin du Saering et du Kessler).
Un grand archétype de Riesling issu d’un sol gréseux à marno-gréseux.
A deux doigts du coup de cœur.


Apogée : 2003/2007
Dégustation : novembre 2002

BOLLENBERG 


Riesling  2005
Bollenberg

Robe limpide et lumineuse.
Un nez frais, agréablement pointu, floral (acacia), fruité (un peu confit) et légèrement de champignons déshydratés.
Saveurs nerveuses et sur le fruit intensément, un peu de salinité, de citrique noble et tendrement minéral.
Un vin très plein et de caractère.
L'alcool sur étiquette (14°) passe complètement inaperçu.
Petit retour épicé de poivre blanc.
C'est un coup de cœur.

Apogée : 2009/2011+
Dégustation : septembre 2007

         
 

Riesling  1996
Bollenberg

Vin sec, prés du terroir dans son expression sudiste, cumin. 
Assez ferme, il déploie un volume de bouche gratifiant avec une légère astringence qui fait bonne figure. Parfait sur un plat de choucroute. 
Se boit déjà très bien et se bonifiera encore.  

Apogée : -
Dégustation : décembre 1999

GRANDS-CRUS 

 KESSLER 


Rieling Kessler 2006
          

Teinte verdâtre aux nuances jaune multiple.
Gaine minérale sous l'égide d'un fruit en agrumes subtils, pas intenses, mais agréablement insistant comme le citron vert et le pamplemousse rose.
Un peu d'ananas aussi et de poivre rose.
Bouche noble, contenue et de race, une finale rémanente.
La force tranquille d'un vrai grand cru dans un écrin imperturbable quoique stylé dans un classicisme qui est d'un attrait idéal.
Il mérite un coup de cœur.

Apogée : 2010/2013
Dégustation : septembre 2008

         

Rieling Kessler 2005
          

Jaune classique et pas foncé au beau disque large.
De la mandarine ainsi que des épices sèches perceptibles (cannelle, muscade), une fibre minérale bien en place dans une expression de structure de qualité.
Notes un rien confites en finale et un gras évident très légèrement sucré qui maintient une charpente ample qui est sans alcool sensible.
Voici un vin promis à un très bel avenir.
C'est un coup cœur.

Apogée : 2010/2013+
Dégustation : septembre 2008

         

Rieling Kessler 2004

Robe jaune olive.
Fruit serré d'agrumes confits (pamplemousse rose), floral (mimosa), marron, et un peu tourbé ou sur la gaufrette au riz soufflé.
Vin racé, droit, très long, sec et frais.
Un grand coup de cœur et proche d'un double coup de cœur.

Apogée : 2009/2013+
Dégustation : septembre 2007

         

Rieling Kessler 2003

Magnifique expression d’arômes de fruits blancs (pêche blanche) avec des déclinaisons végétales comme la chlorophylle.
Pureté et fondant du fruité de cette cuvée se décèlent du début à la fin de sa dégustation.
Bouche équilibrée et riche, cadenassée par une superbe lame d’acidité très longue.


Apogée
: 2006/2009
Dégustation : août 2004

         

Rieling Kessler 2001

Robe jaune moyen au reflets jaune canari.
Des senteurs sur la macédoine de fruits (poire, melon, mangue etc.) très mûres, le poivre vert frais.
Un vin qui possède de la mâche, du gras, du volume sur une acidité très en verve pour contrebalancer les petits sucres résiduels (21 g) en passe d’être, d’ici quelques années, assimilés à cette grande matière.
Un Kessler riche, charpenté, au caractère minéral sous-jacent, et aux possibilités d’affinement importantes.


Apogée
: 2006/2009
Dégustation : novembre 2002

         

Rieling Kessler 2000

Robe limpide jaune clair aux dégradés argentés. Un vin digeste, profondément fruité et minéral. 
A la fois souple et structuré, concentré et délié, celui-ci dispose d’un fondu plus accentué que d’habitude mais toujours avec en finale le rappel d’une certaine empreinte minérale qui ne fait pas douter de l’intérêt qu’il y a à le conserver précieusement en cave. Délicatement sur des fragrances d’un verger en fleurs, la pivoine, le poivre gris en poudre, avec une belle allonge sans bousculades sur une acidité fine et délicate, ce grand riesling, sensuel, fera sensation sur la plus fine des gastronomies. 

Apogée : 2004/2006
Dégustation : août 2001

 

Rieling Kessler 1998

Robe assez soutenue et très brillante. 
D'une grande intensité, le nez s'avère complexe et pur. Les arômes (muscade, fougère et citronnelle) d'une noblesse absolue doivent s'affirmer avec le vieillissement car le potentiel est important. 
L'acidité est sublime et donne une allonge considérable à la grande matière tout en dentelle. 

 
Apogée : 2005-2006
Dégustation : juin 2000

         

Rieling Kessler 1997

Véritable coup de cœur de notre dégustation, celui-ci nous a subjugué par cette fantastique triade où sont mêlés judicieusement la richesse de constitution, l‘extrême finesse associée à la prodigieuse longueur et un équilibre souverain.
Il est intéressant de noter combien ce vin nous est apparu déjà très “lisible” malgré ses origines gréseuses. Il ne fait aucun doute que cette grande complexité associée à cette grosse structure (mais très aérienne) est à noter d’une pierre blanche. Elle montre en exemple aux vignerons présents ce jour même à cette assemblée de dégustation (et qui possédaient souvent les mêmes correspondances de composition des sols, puisque provenant du même secteur) que, s’il faut effectivement du temps à certaines cuvées pour exprimer de manière optimale leurs grands pouvoirs de séduction, il semble plus que jamais évident qu’un vin qui affiche d’entrée de jeu autant de convictions (et qui survivra et se complexifiera sur plus d’un mandat) prouve l’importance capitale de l’intervention humaine dans les choix (de culture et d’élevage) à réaliser, pour magnifier Dame nature.

Apogée : 2003/2005
Dégustation : août 1999

         

 SAERING 


Riesling Saering 2008

Nez très équilibré et posé, dosé d’un subtil minéral typique du riesling sur un terroir de caractère.
Notes d’anis et d’amande.
Bouche complexe, exaltante, avec des ricochets nombreux.
La texture de la matière est plutôt juteuse (ananas) et la finesse est totalement au rendez-vous.
Grandes persistance et longueur.
Un vin sec et pour la langouste.
Ce riesling intense et équilibré mérite un grand coup de cœur qui est très proche du double.

Apogée : 2013/2019+
Dégustation : mai 2012

         

Riesling Saering 2007

Un nez précis, très agréablement pointu, sur des arômes subtils d'agrumes citronnés ainsi que de la verveine et les fleurs blanches.
Un fond minéral qui est d'intensité et large se gonfle d'une vivacité super plaisante ; notamment du fait qu'elle est dotée d'une rectitude de style très pure et franche.
C'est un grand coup de coeur proche du double.

Apogée : 2010/2013
Dégustation : septembre 2008

         

Riesling Saering 2005

Très belle robe lumineuse.
Un vin qui ne s'ouvre que très progressivement à l'aération.
Minéral (caoutchouc), citron, citrique, agrumes tendres et d'une profondeur plutôt intéressante.
La bouche se révèle plus complexe.
Un bon riesling pour la table.

Apogée : 2009/2011+
Dégustation : septembre 2007

Riesling Saering 2003

Nez de confiserie et de sous-bois (sapin, fougère).
Il s’agit d’un riesling homogène, correctement concentré et structuré, souple, sec, agréable mais d’une persistance limitée.
Une pointe de saveur en carbone est sensible en bouche et nécessite qu’on le carafe au préalable.


Apogée
: 2005/2007
Dégustation : août 2004

Riesling Saering 2001
Label bio

Une approche olfactive "peu entaillée" où l’on ressent la réserve juvénile de la cuvée.
Néanmoins, une palette enlevée de senteurs condimentaires comme le thym-citron, plus du tilleul, de la civette, du malt fermenté, de la pêche et du potimarron.
Ce vin, d’un corps ferme, est habillé d’une "gangue" d’acidité serrée, développée et mûre.
L’intrusion du caractère minéral du terroir (notamment par une impression tannique) est bien perceptible en finale.
Un Saering profond, dense et d’une jolie fougue contenue.


Apogée
: 2005/2008
Dégustation : novembre 2002

Riesling Saering 2000

Ce vin récolté en trois tries successives présente un joli équilibre général et s’étire d’assez belle façon sur une acidité mûre. 
Nez floral, légèrement exotique et sur une note d’oseille. 


Apogée : 2004/2006
Dégustation : août 2001

 SPIEGEL 


Riesling Spiegel 2008

Nez plein bien que discret avec un timbre citronné entêtant.
La bouche est vive et joliment citrique, sèche, avec du style en milieu de palais.
La finale se présente sur un decrescendo noble à neutre.
Un Spiegel d’une minéralité à venir encore et d’une complexité dans la bonne moyenne.
Il sera excellent sur un poisson cuisiné simplement au beurre ou avec une mousseline au citron.

Apogée : 2014/2017+
Dégustation : mai 2012

Riesling Spiegel 2005

Jaune aux reflets verts.
S'il est un peu fermé encore, il n'est pas hermétique et l'on découvre la nèfle, la verveine, la cire à bougie, la grenade, de la noisette et le biscuit boudoir.
Structure ferme, mais avec un fruit fondu et défini.
La finale offre une grande finesse d'acidité.
C'est un coup de cœur.


Apogée : 2009/2012+
Dégustation : septembre 2007

         

Riesling Spiegel 2002

Une superbe cuvée de riesling qui se traverse d’une lame d’acidité très pure, longue et fine.
Senteurs de caoutchouc et de citronnelle. Saveurs de nectarine.
Ce vin mérite assurément un coup de coeur.


Apogée
: 2006/2008
Dégustation : août 2004

         

Riesling Spiegel 2001

Robe brillante jaune paille.
Un fruité net et mature, une bouche fondante à la structure fine et nuancée.
Des fragrances d’orange, de fleurs de citrus, sensiblement sur la brioche à la frangipane et la noix de muscade.
Grand cru délicat et sensuel.


Apogée
: 2004/2006
Dégustation : novembre 2002