-

Cliquer pour retourner vers la page d'accueil du vigneron.

RIESLING




Génériques
VT et SGN

GENERIQUES  Haut de la page.

   

Riesling 2011
Hugel

Arômes typés qui représentent bien le riesling, ici avec une race certaine déjà plus une déclinaison florale.
Bouche nette, relativement serrée en acidité et avec des amers à développer.
C'est un très bon vin assez proche d'un coup de coeur.


Apogée : 2014/2016+
Dégustation : novembre 2012

 

Haut de la page.

Riesling 2010
Hugel

Jolie robe.
Un vin très bien réalisé, complet; nerveux dans l'acidité avec modération et souple dans l'agencement de la matière.
Frange anisée, de la citronnelle et un peu d'acacia.
Riesling sapide et classique.


Apogée : 2012/2014
Dégustation : juillet 2012

 

Haut de la page.

Riesling 2001
Hugel

Belle densité de la robe jaune aux reflets verts de jeunesse.
Un nez à la fois généreux, intense et subtil de limon doux, d’orange sanguine, de noisette fraîche et de poudre de roche.
Joviale, souple et gourmande, cette cuvée n’en possède pas moins une vigueur et un caractère de corps de tout premier plan.
Un riesling assez emblématique de la juste mesure de l’expression équilibrée, fondue et d’identité pour ce cépage, qui a été récolté dans la commune de Riquewihr et ses environs immédiats.
Un coup de cœur amplement mérité (à deux doigts du double coup de cœur).


Apogée : 2003/2005
Dégustation : septembre 2003

         

Haut de la page.

 RECOLTE DU SCHOENENBOURG
 PAS REVENDIQUEE
 


Riesling Jubilee 2007

Nez structuré et d'une naissante trame fondante avec des arômes précis d'ananas, un peu d'orange et de pêche et de l'anis.
Bouche gracieuse avec des amers de caractère, une longueur certaine mais une profondeur assez faible bien que très élégante.
Il mérite à l'arraché un coup de coeur et évoluera profitablement.

Apogée : 2014/2017+
Dégustation : novembre 2012

         

Haut de la page.

Riesling Jubilee 2005

Jaune très brillant d'effet.
Nez puissant bien que cambré, d'une flagrante pureté, sec, mais conscrit de noblesses expressives: arômes légers de cardamome, de fruits secs, d'orange amère, de minéral liquide et déjà de quinine.
Bouche respectueuse du grand cru par une attaque de tenue, corsée et ample puis d'un enveloppement rigoureux, très racé d'étirement et d'une astringence typique un peu médicamenteuse de très bon aloi.
Beaucoup de race, de classe et de profondeur dans ce vin qui ne titre pas beaucoup d'alcool.
C'est un étalon de riesling du secteur et qui est parti, sans doute, pour une, deux voire trois décennies.
La finale est clinquante.
C'est un double coup de cœur.

Apogée : 2011/2016+
Dégustation : novembre 2009

         

Haut de la page.

Riesling Jubilee 2004

Très agréable impression de la robe jaune à l'agitation et beaucoup de luminosité et de reflets.
Un nez qui dispose d'un grand fond, du caractère, de la droiture comme de l'amplitude aussi.
Un arôme d'artichaut, de minéral où l'originalité du gypse semble particulièrement présente dans ce millésime 2004 et comme ce l'est évident dans le grand cru très gypseux du Kanzlerberg, un fruit tonique entre le citron et de nobles agrumes.
La bouche est serrée et charpentée également.
C'est la puissance de ce grand cru du Schoenenbourg alliée à sa juste expression.
Un facile coup de cœur.

Apogée : 2011/2014+
Dégustation : octobre 2007

         

Haut de la page.

Riesling Jubilee 2001

Un nez ouvert et plein de fond encore.
Élégant, génial fruit d’amers subtils et de nèfle. De petites notices d’hydrocarbures fins et de quinine affirment de sa noble origine.
Le leitmotiv de cette superbe cuvée d’amateur est de se déterminer autour d’une définition en acidité très pure et délicate, sur une profondeur d’expression intense, racée, complexe et à la fois aérienne.
L’équilibre est royal et la raffinée vivacité porte le vin dans les grands chiffres en caudalies.
La rétro olfaction est sur l’éclat d’un fruit gourmand qui est parfaitement dessiné.
C'est un double coup de cœur amplement mérité


Apogée : 2008/2012+
Dégustation : septembre 2005

         

Haut de la page.

Riesling Jubilee 2000

Robe assez scintillante aux reflets verts d'un bel effet.
D’un geyser fruité moyennement radieux, le nez présente de la mie de pain, des parfums de fleurs assez capiteuses (marguerite) et de végétal odorant comme la mélisse, l’hysope et le cumin frais.
Assez profonde et structurée, cette cuvée possède une bonne densité de matière, une amplitude des saveurs éloquente, une fraîcheur d’acidité fine, racée et longue qui soutient harmonieusement les impressions de pommes du verger et d’épices végétales en bouche.
La minéralité et le gras ne constituent pas les temps fort de ce millésime pour ce jubilee et semblent même un peu en retrait mais l’harmonie générale laisse présager d’un avenir fructueux.

Apogée : 2006/2010
Dégustation : septembre 2003

         

Haut de la page.

Riesling Jubilee 1998

Robe jaune moyen aux reflets vert olive de belle intensité. 
Nez prenant, mais encore peu développé, sur le tilleul, le caoutchouc frais, les agrumes de fruits blancs à belle maturité, la délicate et discrète note du melon. Bouche de belle opulence, racée, charpentée avec une finale de caractère qui laisse transparaître une certaine minéralité dans une excellente balance acidité/amertume. 
Ce grand vin sec et rigoureux possède déjà du charme mais un temps de garde prolongé sera bénéfique pour affirmer ses belles dispositions et donner un surcroît de relief à la finale encore sur la retenue. 
Parfait sur une langouste. 

Apogée : 2004/2007
Dégustation : mars 2001

         

Haut de la page.

Riesling  1998
Hommage à Jean Hugel

Devanture fondante, concentrée et racée à souhait.
Reine-Claude, raisin macéré au sirop, figue, fruits séchés (banane, poire), des épices comme la badiane, la cardamome.
Longueur de bouche royale.
Liqueur fruitée noble sur l’orange amère, retour éclatant en saveurs multiples et stratifiées avec un accent minéral et sur de la quinine.
Une cuvée gracieuse déjà très accessible, mais pour laquelle la garde sera profitable, car le sucre va continuer à facilement se fondre et donner un sursaut d’harmonie supplémentaire.
Il mérite un double coup de cœur.


Apogée : 2008/2011+
Dégustation : janvier 2006

         

Haut de la page.

Riesling Jubilee 1997

Un riesling d'école par sa rigueur de structure, l'intensité et la présence minérales sans maquillages sucreux superfétatoires. 
Un nez prenant et sans l'outrance d'un fruité enjôleur et qui en bouche se retrouve moelleux, fadasse et sans définition, gommant irrémédiablement toute la typicité du terroir. 
Des arômes simples : fruits secs, brioche, mais assistés d'une vibrante minéralité fine au cachet inimitable (d'hydrocarbure notamment et dans sa plus noble expression) qui donne l'aplomb d'un riesling de caractère aux connotations nettes, racées, sans concessions à la mode du mou et de l'incertain, avec pour ligne de mire le meilleur compromis entre ce cépage fétiche et l'atteinte inavouée du philtre fidèle de révélateur du terroir (dans le cas présent: le Schoenenbourg). 


Apogée : 2004/2005
Dégustation : mars 2001

         

Haut de la page.

VENDANGES TARDIVES - SELECTIONS DE GRAINS NOBLES  Haut de la page.

 VENDANGES TARDIVES 


Riesling  2001
VT

Robe jaune avec un reflet vermeil un peu fluorescent.
Nez à la fois "coloré", intense et très délicat de citron confit, de petits raisins mûrs, d'orange et des senteurs florales (seringa) ainsi que d'autres balsamiques et déjà variées.
Une bouche dans laquelle le botrytis révèle parfaitement les saveurs sucrées dans une acidité spécifique très intriquée.
Un retour sur la pulpe d'orange et un miel qui est très fin.
C'est un vin qui n'est pas baroque, mais bel et bien d'une harmonie rare et qui n'en jette pas plein les papilles par de la concentration ou de la densité, mais dans le juste milieu de ce qu'est ce grand produit. 
Plus on le boit et plus on découvre sa finesse et son caractère complexe: c'est la notion juste du grand vin en définitive.
La finale s'avère limpide et très propre sans aucune sucrosité: mélodie de la longueur de bouche et aristocratie du style.
Ce riesling pourfendra les âges.
Il mérite deux coups de coeur.


Apogée : 2010/2018+
Dégustation : novembre 2007

         

Haut de la page.

Riesling  1998
VT

Robe couleur jaune soutenu. 
Nez intense, grillé, de vernis, de raisin rôti. 
Une attaque de bouche un peu indécise donne suite à une montée en crescendo d'un vin qui affirme une belle puissance et une structure encore en réserve. 
La finale donne l'image d'une certaine inertie et d'un produit en léthargie. 
Sans nul doute assuré d'une grande garde. 
Non accomplie, cette vendange tardive doit encore s'épurer pour distiller sa complexité minérale encore sous-jacente mais profonde.  

Apogée : 2004/2007
Dégustation : mars 2001

 

Haut de la page.

 SELECTIONS DE GRAINS NOBLES 


Riesling  1998
SGN

Cette SGN de riesling rappelle un peu le style des vins issus des coteaux Mosellans dans sa plus noble locution.
Peu alcoolisé (10,5°), il est d’un éventail peu envahissant d’arômes stables mais embrasés d’encaustique, de citron confit avec des perceptions d’ardoise, d’osier et de pain d’épices.
Mais c’est encore bien davantage en bouche que le vin opère notre fascination par une longueur théâtrale qui se prononce dans une acidité de méditation.
Le fort attrait de la saveur de beurre d’orange et la fine note de pétrole fin, encore peu développé, procurent un grand émoi sensoriel, notamment du fait qu’il s’assiste d’une queue de paon bien réelle.
Déjà glorieux, ce vin s’acheminera dans une carrière évolutive qui connaît peu les limites du temps.


Apogée : 2008/2020 ?
Dégustation : septembre 2003

         

Haut de la page.