-

Cliquer pour retourner vers la page d'accueil du vigneron.

PINOT BLANC




Génériques

GENERIQUES  Haut de la page.

   

Pinot blanc de blanc 2009
Cuvée les Amours

Une définition franche au nez avec un fruit net et peu sucré ainsi que de la chlorophylle.
Bouche vive avec une belle concentration délivrée en finesse dans la finale de bouche.
Il est proche d'un coup de coeur.


Apogée
: 2013/2015
Dégustation : novembre 2012

Haut de la page.

Pinot blanc Hugel  2004
blanc de blanc

Robe claire aux reflets verts nombreux.
La "tape" d’acidité tartrique (et en dégustation, aussi, d’une impression qui est citrique) en rapport à l’année est présente, mais la maturité des arômes et l’expression du fruit sont un vrai aboutissement.
Ce côté pointu qui convient d’ailleurs très bien au pinot, s’enrobe, ici, d’une définition du fruit qui est parfaite et pure.
Des herbes condimentaires (chlorophylle, cerfeuil) et de fruits blanc frais.
Vin goûteux, glissant, rafraîchissant et tonique.
Le pamplemousse parachève la fin de bouche.
C’est un coup de cœur.


Apogée
: 2006/2009
Dégustation : janvier 2006

         

Haut de la page.

Pinot blanc Hugel  2002
blanc de blanc

Un pinot blanc frétillant, d’un superbe punch de caractère frais mais aussi d’une matière pulpeuse, douce et délicate.
Les arômes sont ceux des fruits blancs, du citron vert, de l’ortie blanche et de la guimauve.
Dans l’apparat coutumier d’un trait d’acidité distinctement dessiné, ce pinot blanc goûteux, gai, équilibré, spontané sans frivolité, est enthousiasmant à plus d’un titre.
Il mérite assurément un coup de cœur.



Apogée
: 2003/2004
Dégustation : septembre 2003

         

Haut de la page.

Pinot blanc Hugel  2001
blanc de blanc

Robe assez épaisse, d’une belle teinte jaune paille avec des dégradés verts.
Plus viril que le millésime 2002, il dispense un nez fondu mais puissant qui dévoile des perceptions d’âcreté d’huile d’olive verte, un fruité de poire et de la coumarine.
D’une vinosité de belle ampleur, la définition du corps s’ajuste à la fois sur la fermeté, la fraîcheur et une concentration qui est assez louable.
La finale, quant à elle, moins tendue et gracieuse que le 2002, se décèle un peu moins fine, plus massive et moins enchanteresse.
Assurément un bon pinot qui doit faire le privilège d’un repas.


Apogée : 2003/2005
Dégustation : septembre 2003

Haut de la page.