-

Cliquer pour retourner vers la page d'accueil du vigneron.

GEWURZTRAMINER




Génériques
Grands Crus
VT et SGN

GENERIQUES  Haut de la page.

 

Gewurztraminer 2010

Pour un générique, on peut dire qu’il est façonné d’une structure importante, corsé, long et particulièrement bien équilibré.
Profusion de senteurs variées et florales (rose cristallisée, fleurs mellifères et angélique), fruit de cédrat et de mangue.
L’impression de bouche est très qualitatif et l’alcool n’est pas perceptible.
C’est assurément un coup de cœur.

Apogée : 2014/2016+
Dégustation : juillet 2013

         
 

Haut de la page.

 

GRANDS CRUS  Haut de la page.

 ALTENBERG DE BERGBIETEN 


Gewurztraminer Altenberg 2004

Jaune assez profond et un peu argenté, disque épais.
Floral (rose, lilas), fruit d’accent exotique (goyave, litchi, carambole, banane), de la pomme en compote, un peu du bonbon anglais ainsi qu’une pointe fumée.
Bouche glycérinée et d’une louable définition de matière assez corsée aux saveurs qui ne manquent pas de coloration.
La balance amertume/acidité/sucres est de la mise et augure d’un produit qui aisément se bonifiera.
S’il a moins d’éclat, de tonus et de magie que le 2001, il n’en demeure pas moins fervent.
Il est un grand gewurztraminer et dans le contexte de l’année c’est presque comme un messie.
C'est un coup de cœur.


Apogée : 2009/2011+
Dégustation : mars 2007

         
 

Haut de la page.

Gewurztraminer Altenberg 2001

Très jolie robe classique jaune assez lumineuse.
Des accords directs de sucre roux et à l’agitation de racines florales (chèvrefeuille).
Bouche relativement moelleuse, cadrée dans une structure convenablement consistante, une armature d’alcool tangible mais tout à fait assimilée dans l’appoint d’une acidité bien dessinée.
Il ressemble à un grand cru du Kanzlerberg de Bergheim (terroir avec du gypse également).
Pas très éloigné d’un coup de cœur.


Dégustation : mars 2003

Belle teinte jaune.
Le nez est fastueux et d’un genre assez unique.
Des arômes vivifiants de bulbe de citronnelle, de verveine et d’anis vert.
Du citron confit ou du sorbet de citron vert, pas de poivre, mais la cardamome.
Bouche éclatante de saveurs nobles, géniales, parfumées et fraîches.
Le gras s’enchâsse subtilement dans le corps du breuvage et ne provient, relativement, que peu du moelleux apporté par les sucres résiduels et la richesse ou la concentration de la matière, mais surtout d’une "cheville" glycérinée.
La fraîcheur parfumée en finale s’étire avec ravissement. De petits accents de datte sont perceptibles en bouche.
C’est l’originalité du terroir (à l’instar du Grand Cru Kanzlerberg où le gypse est fort présent) et la conduite exemplaire du domaine qui donnent cet éclat de rêve au gewurztraminer !
C'est un superbe double coup de cœur.


Apogée : 2007/2009+
Dégustation : mars 2007

         

Haut de la page.

VENDANGES TARDIVES - SELECTIONS DE GRAINS NOBLES  Haut de la page.

 VENDANGES TARDIVES 


Gewurztraminer 1996
 VT

Pour ce cépage très largement défavorisé en 1996, il aura fallu tout le courage de monsieur le maire pour rentrer la récolte après la mi-novembre (en effet, dès la mi-octobre les baies affichaient un bon degré potentiel mais pour réserve, une acidité physiologiquement immature). 
Les vignerons les "moins entreprenants" ont retardé les cueillettes, la météo leur donnant raison. Un peu plus tard encore la neige puis la pluie furent de la partie. Et bien que la totalité des producteurs du secteur s’activaient depuis déjà un bon moment dans les chais, Mochel, lui, attendit patiemment le retour d’un temps clément pour ramasser une matière maintenue dans un état sanitaire excellent) et ainsi nous régaler d’un produit superbe, marqué par la pourriture noble et un peu de coulure (flétrissure ou développement inégal des fleurs et des raisins). 
En dépit de la crainte d’utiliser des superlatifs, on doit affirmer que le nez est magnifique. 
Omniprésent, par son intensité, de grande finesse, on y retrouve de merveilleux fruits : figue fraîche, litchi, kiwi avancé. Et aussi du caramel blond et un peu de géranium. Une bouche concentrée, délicate et aérienne, avec une délicieuse finale sur le fruit blanc. Palme du mérite et chapeau bas car il ne s’agit certainement pas du cépage fétiche de cette partie du vignoble, en égard aux sols et expositions favorables du centre-sud alsacien. 

Apogée : -
Dégustation : février 1999

         

Haut de la page.