-

Cliquer pour retourner vers la page d'accueil du vigneron.

MUSCAT




Génériques
Grands Crus

GENERIQUES  Haut de la page.

 

Muscat 2012

Un vin encore un peu bousculé, raisin vineux et profond/petie banane verte/arôme médicamenteux.
Amande style viognier d’un bon cru rhodanien par un aspect violette enlevé.
D’une attaque plutôt douce, il se pince en finale d’agrumes un peu rêches.
Longueur honorable.
Un vin à attendre.

Apogée : 2015/2017+
Dégustation : juin 2013

 

Haut de la page.

Muscat 2007

Robe relativement claire et brillante.
Nez graduel avec une toile de fond acidulée.
Harmonie florale printanière et une impression de biscuit.
Jolie bouche fraîche, délicate avec de la tension.
Proche d'un coup de cœur.

Apogée : 2010/2012
Dégustation : novembre 2009

 

Haut de la page.

Muscat 2006

Maturité évidente de la robe pour le cépage.
Absolument floral (fleurs de tous types) avec une définition fruitée inattaquable.
C'est souple comme riche de matière aussi, de tenue, parfumée et avec de petits agrumes très déliés, de la fraîcheur et encore l'aspect tendrement floral d'un appréciable style en retour.
Un muscat qu'il sera pour l'année peu facile de rivaliser.
Il est déjà prêt à boire, mais il pourrait aussi attendre trois ou quatre ans pour s'avérer être impeccable dans l'accompagnement d'asperges.
Il mérite un coup de cœur.

Apogée : 2008/2011+
Dégustation : novembre 2008

         

Haut de la page.

Muscat 2004

Très en ligne au millésime 2001: floral, épice safranée.
Une très bonne définition.
Bouche typée, glissante, avec un finale harmonieuse et rémanente; des saveurs bien axées qui sont aimables et d’agréments.
Fruits blancs en finale et fraîcheur des végétaux.
Une jolie réussite pour l’année.


Apogée : 2007/2009+
Dégustation : mars 2007

 

Haut de la page.

Muscat 2001

Un répertoire savoureux et assez ample de fleurs (printanières) et d’épices(safran).
Un muscat dégagé, spacieux mais bien corsé en finale.
Dans la ligne du savoir-faire du domaine pour ce cépage, il est complet, équilibré et concentré.
Parfait sur un plat d’asperges.

Apogée : 2003/2005
Dégustation : mars 2003

Haut de la page.

Muscat 1997

Avec un nez riche, ample, mais sur un fruité en demi-teinte et somme toute assez discret, il se laisse parsemer abondamment d’arômes de fleurs printanières et de bois exotiques. La glycérine et le gras de la cuvée enflent le palais de manière inaccoutumée et procure une sensation presque huileuse. 
Ce vin qui illustre le résultat d’une récolte passérillée exprime tout naturellement un côté séveux et redondant. 
Cette version 1997 tranche avec les muscats des années précédentes par son onctuosité et son opulence (il titre 14°vol alc.), il s’écarte ainsi des irrésistibles attraits du cépage auxquels nous habitue ce vigneron. 
Nous regrettons dans cette cuvée 1997 de ne pas retrouver la sensation de croquer le raisin, la jolie acidité qui porte le fruit, le façonne et prolonge la bouche, pour terminer avec une délicate et fine amertume. Toutefois, on ne peut que féliciter le vigneron d’avoir fait le maximum pour laisser mûrir et préserver une récolte décimée par les conditions climatiques de l’année et qui a, au final, donné lieu à une vendange réellement concentrée et saine (le rendement à l’hectare est très faible).

Apogée : -
Dégustation : janvier 1999

Haut de la page.

GRANDS CRUS  Haut de la page.

 ALTENBERG 


Muscat Altenberg 2011

Jolie couleur jaune vert.
Un muscat long et équilibré avec un soupçon de rondeur en fin de bouche.
Finement mentholé, d’une bonne charge en extraits secs et avec du gras, il est musqué, intensément floral et poivré.
Ce vin est proche d’un coup de cœur.

Apogée
: 2016/2018+
Dégustation : juillet 2013

 

Haut de la page.

Muscat Altenberg 2005

C’est toute l’originalité et la splendeur d’un produit, ultra rare, qui s’expriment ici.
Ce muscat à la dégustation est une spécialité maison reconnue dans le monde du vin et n’est pas à comparer aux classiques muscats alsaciens (à dominance de muscat vrai d’Alsace parfois associé avec plus ou moins de muscat ottonel), car dans le cas présent, nous avons un pourcentage de cent pour cent d’ottonel et sur un grand cru qui plus est. Rappelons que l’ottonel est un cépage hybride de muscat/chasselas; précoce, peu productif et sensible à la coulure en période printanière où les gelées sont dangereuses pour lui.
Jaune clair aux légers reflets roses.
Floral exquis de violette et surtout de glycine.
Le gras est perceptible au nez et la pêche de vigne est de la partie, ainsi qu’un arôme nettement fumé.
Bouche opulente peu titrée en alcool, goûteuse et délicate à la fois, très abondamment florale comme l’est l’olfaction.
La finale est superbe d’élégance et de variété; on retrouve les fleurs, mais aussi la réglisse, la guimauve et un minéral que nous pourrions essayer de décrire, d’une manière presque figurative, comme "se situant" entre le charbon de bois et la merise (cerise noire sauvage du merisier).
Persistance et longueur.
Il est de très bonne garde, mais peut déjà se déguster.
Jeune, ce vin conviendrait bien à table avec un poisson noble de rivière assorti d’une sauce légère au beurre blanc et d’agrumes, et, nettement plus vieux, avec des asperges au sabayon d’orange par exemple.
C’est un peu le Condrieu de l’Alsace.
C’est un coup de cœur proche du double.

Apogée
: 2008/2013+
Dégustation : mars 2007

         

Haut de la page.

Muscat Altenberg 1994

Un des muscats les plus fascinants que nous ayons dégustés. 
Ce vin réunissait en tous points les qualités attendues par l’amateur épris de ces rares et magnifiques cuvaisons composées à 100 % d’ottonel.

Apogée : -
Dégustation : août 1999

Haut de la page.