-

Cliquer pour retourner vers la page d'accueil du vigneron.

RIESLING




Génériques
Grands Crus
VT et SGN

GENERIQUES  Haut de la page.

 

Riesling 2010

Robe très avenante.
Nez assez imposant pour un générique, vineux, d’un fruit racé (notamment dans l’arôme de l’abricot sec, de la peau de prune) avec un élevage qualitatif bien pressenti sur lies fines, car confirmé en bouche dans un dosage qui est parfait.
Bouche vive et ferme qui déroule le superbe développement des tons propres au riesling.
La note anisée subtile, le rugueux marneux et l’entaille fine du gypse transparaissent vraiment avec éclat.
C’est un grand coup de cœur.


Apogée
: 2014/2018
Dégustation : juin 2013

         

Haut de la page.

Riesling 2004

Jaune moyen, quelques reflets vert.
Ce générique réunit les canons du secteur en faisant l’harmonie du floral intense, du fruité généreux et robuste, avec le minéral (entre la craie et la terre glaise).
Bouche puissante et de caractère qui explose de saveurs fermes.
Longueur et race. De très beaux acidulés qui se prolongent.
Un coup de cœur, très proche du double.


Apogée : 2008/2010+
Dégustation : mars 2007

         

Haut de la page.

Riesling 2001

Belle robe jaune clair aux dégradés jaune-paille.
Un nez assez entier à l’évidente définition (coing, aubépine).
Cette cuvée présente du corps, pas mal de charpente et une fermeté en saveurs assez compactes qui se resserrent encore davantage en finale sur le coing voire la prune verte.
Un très bon générique qui ne dénigre pas les leitmotivs du terroir : mâche, carrure, virilité (mais dans la finesse d’une acidité qui donne le contrepoids), vigueur et dynamisme.

Apogée : 2004/2005
Dégustation : mars 2003

Haut de la page.

Riesling 2001
Cuvée Guillaume 

Un riesling spécial avec peu d’alcool, d’une approche délicatement "pharmaceutique" et qui s’épure après coup sur une vibrante note de citron confit plus un peu de quinine.
Bouche sobrement profonde mais de caractère sur une définition de structure serrée et originale. Une matière délicate, avec des sucres résiduels cadenassés par une fine acidité complètement épanouie.
Dans le style d’un vin d’ Outre-rhin à l’accent "mosellan", il s’agit d’une cuvée intrigante et intéressante.


Apogée : 2004/2006
Dégustation : mars 2003

Haut de la page.

GRANDS CRUS  Haut de la page.

 ALTENBERG DE BERGBIETEN 


Riesling Altenberg  2012
Cuvée Henriette 

Couleur assez jaune pas atone et d’une brillance plutôt faible pour un millésime aussi jeune.
Ce millèsime 2012 lui confère un aspect singulièrement ouvert, fortement aromatique sur le floral (giroflé, gueule de lion), mais avec un fruit un peu vague de pomme, d’écorces de pamplemousse.
La longueur du palais est convenable et se livre sur un cardan minéral d’une trame plus laxe que d’ordinaire.
Un vin qu’il faudra suivre.

Apogée : 2015/2017+ ?
Dégustation : septembre 2013

 
 

Haut de la page.

Riesling Altenberg  2010
Cuvée Henriette 

Robe attrayante.
D’une approche moins invasive que le 2009, mais plus progressives, les senteurs proviennent d’un millésime moins chaud : des ricochets entre les amertumes avec le floral d’aubépine/vergers en fleurs, la cardamome, beaucoup d’élégance et un fruit plus tronitruant de groseilles à maqueraux, mais bien mûres, ainsi que d’abricot et de raisin.
Un équilibre classique très réussi et prochainement minéral.
Très grande allonge.
C’est un grand coup de cœur proche du double.

Apogée : 2016/2018+
Dégustation : juin 2013

         
 

Haut de la page.

Riesling Altenberg  2009
Cuvée Henriette 

Maturité de la robe.
Après aération prolongée, ce grand vin délivre sa vinosité et sa race.
Des agrumes fins et des strates exotiques de fruits comme l'ananas, le kiwi et la nectarine, plus de la poudre de noisette et du lait de coco.
Ce vin possède beaucoup de matière et de présence. L'acidité est fine et ciselée et la minéralité enfouie.
Il mérite d'être longuement attendu.
C'est déjà un coup de coeur.


Dégustation : avril 2011


Il procure et produit la mesure de sa définiton solaire. Notices de bois exotique, de cendre, lacté et avec des parfums de végétaux gras comme le pourpier.
Crayeux et salin, hydrocarburé dans la finesse (pas autant qu’à Ribeauvillé) avec des amers multiples et accessibles vers le fruit exotique.
S’il est aussi particulièrement mentholé avec une matière dense et radieuse, la lame acide acidulée d’arrière-plan veille bien au grain.
Un schéma complet en somme.
Il mérite un coup de cœur.

Apogée : 2015/2017+
Dégustation : juin 2013

         
 

Haut de la page.

Riesling Altenberg  2008
Cuvée Henriette 

Jaune brillant limpide et profond.
Grand nez classique pour ce magnifique grand cru, sur la finesse de la peau du kiwi, des agrumes délicats et avec un fumé subtil, de la mie de pain et aussi et dans l'ensemble un caractère contenu et très racé de l'acidité qui se moule à une grosse matière.
On dénombre aussi un floral raffiné de frésia et de rose blanche ou de chèvrefeuille plus un peu d'anis.
Bouche profondément fruitée et d'une longueur majestueuse.
La vivacité mûre et serrée de la cuvée traverse le breuvage de part en part.
C'est un double coup de cœur.

Apogée : 2012/2016+
Dégustation : novembre 2009

         
 

Haut de la page.

Riesling Altenberg  2004
Cuvée Henriette 

Jaune lumineux, disque large.
Nez très intense avec une certaine explosivité du fruit (surtout au carafage).
Agrumes complexes et un peu confits, frésia blanc/tilleul/eucalyptus et bouillon blanc (girofle, gentiane).
Un profil minéral taillé et qui entoure complètement les senteurs.
La pointe de fermeté nécessaire de la bouche pour exprimer ce terroir (il n’en faut pas moins) est contrebalancée par un soyeux remarquable.
Cet Altenberg possède beaucoup de fond et d’extraits secs.
Une finale de toute beauté sur la concentration d’un fruit superbe et une ampleur de matière qui se réserve, aussi, d’un fort potentiel.
Longueur très sérieuse, délicieusement poivrée et nette.
C’est fastueux !
Nous sommes en présence d’un double coup de cœur.

Apogée : 2009/2013+
Dégustation : mars 2007

         
 

Haut de la page.

Riesling Altenberg  2003
Cuvée Henriette 

Robe jaune sans outrance.
Arômes de paille et de kiwi mûr.
Bouche agréable, tracée et d’un caractère préservé.
Un raisin cueilli à temps et pas acidifié dans les moûts.
Netteté et cohérence restent une loi.
A prendre "gouleyant" dans la norme d’un Grand Cru s’entend.
C’est vraiment une réussite.

Apogée : 2008/2010+
Dégustation : mai 2007

 
 

Haut de la page.

Riesling Altenberg  2005

Bel appui jaune dense de la robe.
Un nez aromatique, subtil et complexe.
Le verre délivre un éventail de parfums de fleurs blanches et jaunes (le lys poivré et le frésia) ainsi que la violette en fleur, de la poire confite et de la mandarine plus un peu de menthe poivrée.
Bouche massive et ample où se centrent de merveilleuses saveurs qui se fondent à ce minéral qui toujours s’avère aussi inclassable et d’un fort agrément.
Un très grand riesling classique du cru et d’une tenue qui est remarquable.
C’est un double coup de cœur.

Apogée : 2011/2013+
Dégustation : janvier 2010

         
 

Haut de la page.

Riesling Altenberg  2002

Jaune intense d'agitation relativement épaisse.
Nez nerveux d'une grande corbeille fruitée (citron confits, agrumes d'orange plus du kiwi), amertume fine végétale, fleurs blanches automnales.
Bouche opulente, un peu tannique et d'une grande finesse acide.
Longueur, persistance, minéralité entière.
C'est absolument une grande année qui convient parfaitement à ce terroir.
Il ira loin et c'est un grand coup de cœur.

Apogée : 2010/2015+
Dégustation : octobre 2008

         
 

Haut de la page.

Riesling Altenberg  2001

Des fragrances guère dégrossies (mimosa, terre glaise), un fruité peu prolixe et légèrement monolithique à ce stade.
Une attaque de bouche frontale, franche, ferme et assez incisive. L’effusion d’acidité ne se s’intrique pas encore dans la mâche du vin qui est encore âpre et presque tannique.
Il faut laisser le temps à ce Grand Cru d’affiner son tempérament minéral et débourrer la structure un peu plane et ventrue pour dépasser le cap d’une finale qui est encore pâteuse et lourde.
D’assurance, c'est un vin très concentré, d’une réelle charge d’acidité, assez consistant et bâti pour une longue garde. A laisser vieillir donc.
A noter qu’après un long carafage, le vin s’épanouit et s’affine un peu.


Apogée : 2005/2008
Dégustation : mars 2003

 

Haut de la page.

Riesling Altenberg  2001
Cuvée Henriette 

Des arômes de lilas blanc, de tabac et de fruits confits.
Par rapport au Grand Cru de "base" du même millésime, cette cuvée Henriette s’affirme par une concentration fruitée plus pénétrante et une matière davantage fondue, aiguisée et expansive.
L’acidité est également ferme mais gagne en contours et expression.
Un cran au dessus, cet Altenberg en version vieilles vignes est au moins aussi âpre en finale mais d’une profondeur et netteté supérieures.
Une grande cuvée qu’il faudrait attendre absolument.


Apogée : 2006/2009
Dégustation : mars 2003

Haut de la page.

Riesling Altenberg  1997
Cuvée Henriette 

Très caractéristique d’un terroir marneux, ce vin est corpulent et entier, mais comme toujours chez ce vigneron, sans la moindre lourdeur. 
Arômes floraux (frésia, lys) et d’agrumes, le vin s’exprime magnifiquement en bouche et laisse augurer d’une belle garde pour une expression plus complexe et intense de ses spécificités minérales et fruitées. 
Belle rétro-olfaction sur le poivre et une notice iodée. Laisser lui 3 à 4 ans (ou alors miser sur la « simple » cuvée Altenberg de consommation un peu plus rapide) de cave pour lui donner la chance d’atteindre la plénitude d’un 1991 ou d’un 1994 par exemple.

Apogée : -
Dégustation : août 1999

Haut de la page.

Riesling Altenberg  1996
Cuvée Henriette 

Robe jeune, jaune clair et de belle brillance. 
Le sérieux et le classicisme inspirent cette cuvée bien soutenue par une acidité qui confère à la finale un aspect un peu tranchant. 
Complexes et denses, les arômes prometteurs de frésia jaune, de mélasse de sirop de pomme et de poire ainsi qu’un soupçon d’orange sont les gages d’un vieillissement heureux et nécessaire pour que le terroir exprime le maximum de ses attributs. 
Une déclinaison de riesling riche, de volume et d’intensité bonne à très bonne, d’une persistance en bouche importante et avec une finale franche et nette. 

Dégustation : août 1999

Robe citron qui a conservé une jolie brillance.
Nez vibrant, complexe et dans lequel les arômes manifestent une grande jeunesse encore, mais avec une minéralité qui s’est développée et qui fait corps avec la matière du vin.
Un bouquet très intense et essentiellement sur le coing, le frésia, le gingembre et des formes nobles en hydrocarbures difficiles à transcrire.
La garde a apporté une diversité d’autres senteurs comme l’ananas, le litchi et la fraise des bois.
Bouche pincée avec une acidité dominante splendide et sans excès, fidèle au millésime.
C’est très long, racé en diable, très nerveux, très riesling. Un tout grand vin d’Alsace qui exprime un tout grand terroir.
C’est devenu un double coup de cœur. Sa carrière sera longue.


Apogée : 2007/2010+
Dégustation : mars 2007

         

Haut de la page.

Riesling Altenberg  1995
Cuvée Henriette 

Un vin très typé qui décrit avec force le terroir dont il est issu. 
Une large déclinaison de fleurs (chrysanthème, pâquerette, jacinthe) avec l’habituel trait de poivre gris plus un peu de cire. 
La bouche est construite et racée mais avec moins de nuances et de longueur que le 1996 cuvée Henriette et moins de profondeur et de caractère que le 1994 cuvée Henriette. 

Apogée : 2001/2002
Dégustation : août 1999

 

Haut de la page.

Riesling Altenberg  1994
Cuvée Henriette 

Jaune assez clair, il décline de très fins et fugaces arômes floraux, difficilement identifiables, comme le jasmin, l’acacia, le muguet, à de discrètes notes balsamiques de résine et de cire, le tout sur un magnifique fond fruité. 
La bouche bien construite est encore un peu dure (légère sensation tannique) et s’amalgame à une minéralité naissante. 
Ce millésime qui commence à exprimer son potentiel est loin de poser genou au sol. 
Bref, un vin de caractère.


Apogée : 2000
Dégustation : août 1999

Haut de la page.

VENDANGES TARDIVES - SELECTIONS DE GRAINS NOBLES  Haut de la page.

 VENDANGES TARDIVES 


Riesling 2007
VT 

Très jolie robe profonde avec reflets orange.
Un arôme très prenant de mirabelle cuite et de pêche de vigne trône dans le verre, avec une pointe excitante d’encens.
La bouche dispense un fruit gras très pur et envoûtant.
Les papilles gustatives sont toutes prises de saveurs douces et fraîches.
C’est une grande vendange tardive qui mérite un double coup de cœur.


Apogée : 2012/2018+
Dégustation : février 2011

         

Haut de la page.

 SELECTIONS DE GRAINS  NOBLES 


Riesling 2007
SGN 

Citron confit pur, térébenthine, sirop d’orgeat et avec une minéralité cristalline perceptible en arrière-fond plus un aspect olfactif de cendre et d’hydrocarbure.
La bouche est liquoreuse, gourmande, car avec un fil d’acidité moulant et un degré d’alcool peu élevé.
Très grande fin de palais sur les fruits en glace (par ex la myrtille) et un intense retour aromatique qui procure cette sensation de "queue de paon" à la dégustation.
C’est un double coup de cœur.


Apogée : 2014/2020+
Dégustation : juillet 2013

         

Haut de la page.