-

Cliquer pour retourner vers la page d'accueil du vigneron.

PINOT GRIS




Génériques
Grands Crus
VT et SGN

GENERIQUES  Haut de la page.

Pinot gris 2010
Les Princes Abbés

Robe d'une teinte jaune plutôt intense.
Cette cuvée est représentative du cépage dans la bonne formule : fruité aimable juteux, sous-bois sans excès, fougère, une relative pureté des acides ainsi que des amers sans vulgarité.
Le palais est équilibré et dévoile des notes un peu confites de poire et d'abricot, et avec une persistance plus que honorable.
Un beau vin sans faiblesse ; plein, de bonne facture et concentré.
Il n'est pas éloigné d‚un coup de coeur.

Apogée
: 2013/2015+
Dégustation : août 2012

Haut de la page.

Pinot gris 2003
Les Princes Abbés

Parfum discret et aimable de zeste de citron vert plus un peu de la grenadine.
Fruit assez généreux, finale souple, facile et agréable.
On devine une bonne vinification.

Apogée
: 2006/2007
Dégustation : juin 2006

Haut de la page.

Pinot gris 2000
Les Princes Abbés

Ce pinot gris, d’une matière correctement serrée et corsée, délivre un arôme d’hydromel, de cendre, de noix et de confiserie avec une teneur en alcool certaine mais nullement sensible.
Un peu à l’image du millésime pour le cépage, la texture ronde de ce vin dévoile hâtivement une limite dans la définition d'une structure qui se révèle un peu trop évasive et superficielle.

Apogée : 2004/2005 ?
Dégustation : mars 2004

Haut de la page.

GRANDS-CRUS  Haut de la page.

 KESSLER 


Pinot gris Kessler 2006

Ce pinot pourvu en agrumes confits et sur de la vanille annonce l’aspect non typé du millésime.
L’attaque de bouche est agréable puis une relative raideur se profile dans une astringence amère un rien trop instante, selon nos goûts.
Il se prévaut néanmoins de caractère et d’une extraction qui est véritable. 
A suivre dans son évolution.

Apogée
: 2013/2016?
Dégustation : septembre 2012

Haut de la page.

Pinot gris Kessler 2005

Grande perpétuité année après année dans cette cuvée pour ce cépage sur ce grand cru.
Seulement de légères modulations, mais une grande régularité avec une expression définie.
De l'ampleur un peu plus dans ce millésime et de l'orange qui va avec.
Il mérite un coup de cœur.

Apogée
: 2010/2013+
Dégustation : août 2009

         

Haut de la page.

Pinot gris Kessler 2004

Vraiment dans la même configuration que son frère aîné le 2001.
Avec une pointe légèrement salée au palais et une acidité un peu plus citrique qui ne se révèle que dans la toute finale et persiste avec charme.
C'est également un coup de cœur.


Apogée
: 2011/2013+
Dégustation : avril 2009

         

Haut de la page.

Pinot gris Kessler 2001

Jaune canari aux reflets un peu orangés.
Vin huileux à l’agitation.
Arômes de miel, de chicorée, d’avocat, d’agrumes de pamplemousse rose tendre et de notes de terroir comme le charbon de bois.
Bouche assez liquoreuse qui s’assiste d’une acidité pointue, serrée et longue.
Saveurs exotiques délicates en litchi, l’orange sanguine et surtout d’abricot.
C’est un coup de cœur.


Apogée
: 2007/2010+
Dégustation : mai 2006

         

Haut de la page.

 KITTERLE 


Pinot gris Kitterlé 2007

Disque épais, jaune et avec des larmes.
Nez de fruits confits, de mirabelle, sur le fumé, la giroflée, un peu l’eucalyptus et le cerfeuil musqué.
Une bouche de carrure et de douceur également, gorgée de saveurs et d’équilibre avec une finale assez exaltante.
Il ne lui manque qu’un peu de nervosité pour enlever aisément un coup de cœur, qu’à terme il pourrait mériter.


Apogée
: 2013/2017+
Dégustation : septembre 2012

Haut de la page.

Pinot gris Kitterlé 2002

Bel écrin de la robe jaune reflet vermeil clair.
Nez éloquent de cire d’abeille, un fruit profond (pêche de vigne, orange), d’angélique confite, un peu fumé (cuir) et des accents briochés.
Grand corps, une sève remarquable de matière, beaucoup de concentration et d’intensité des saveurs.
Un terroir qui démontre vraiment son aptitude à réaliser un des plus fameux pinot d’Alsace.
Certainement corsé, mais avec plénitude, racé, gras plus une vivacité complexe, harmonieuse et ferme dans un seul souffle. Retour savoureux sur l’orange.
C’est un double coup de cœur.


Apogée
: 2007/2010+
Dégustation : avril 2006

         

Haut de la page.

Pinot gris Kitterlé 1999

Robe paille à reflets dorés.
Répertoire olfactif profond et de caractère sur des notes de cendre, un fruité confit noble mais contenu, un petit accent de crème de cacahuète et déjà, une inflexion minérale.
Bouche souple, beurrée mais racée, dessinée avec en finale un pincement relatif par rapport à ce cépage grâce à une participation du sol qui inscrit, de sa marque, l’expression variétale du vin.
Finale de jujube et de minéral liquide, en toute harmonie.

Apogée : 2005/2008
Dégustation : mars 2004

         

Haut de la page.

Pinot gris Kitterlé 1998 

Robe jaune appuyé aux reflets or.
Grand nez de ronces en fleurs, de miel, de gingembre, de croûte de pain bien cuit plus un accent racé rare pour le cépage.
Bouche ample, grasse mais ferme, corsée et sur des saveurs stylées de réglisse et de fleurs séchées.
La finale impressionne par sa longueur, sa richesse, sa race mais aussi sa netteté et son fondu.

Apogée : 2006/2010 ?
Dégustation : mars 2004

         

Haut de la page.

 SPIEGEL 


Pinot gris Spiegel 2007

Parfum assez archétypique du cépage dans une personnalité olfactive complexe et nette : présence fruitée (fruits secs) sans faiblesse, sous-bois, caramel au beurre plus quelques épices.
Un ensemble velouté en impression de palais cadré d’angles plus nerveux dans le mode Grand Cru et qui procure du caractère.
Bien qu’assez sec voire un peu davantage encore, il est pour nous, un vin complet d’un tempérament avéré qui mérite un coup de cœur.
Gastronomique, ce pinot gris est paré pour un vieillissement qui sera sans faille.


Apogée
: 2013/2016+
Dégustation : septembre 2012

         

Haut de la page.

Pinot gris Spiegel 2002

Robe jaune moyen et bien brillante.
Nez subtil et d’expression sur les fruits confits d’une belle fraîcheur (ananas) et l’attrait d’arômes de goyave et de grenade, mais sans exubérance ainsi que dans une gamme diversifiée en tendres épices condimentaires comme la pimprenelle et l’estragon.
Gouleyant, d’un bel agencement en strates de saveurs, la finale est nette, fruitée et d’un sucre idéalement fondu.
Un grand pinot qui est parfaitement dosé dans sa maturité et la formulation de ses éléments démontre toute l'assurance d'une excellente vinification.


Apogée
: 2007/2010
Dégustation : mai 2006

         

Haut de la page.

Pinot gris Spiegel 1999

Sérieuse robe jaune aux modérés reflets mandarine.
Palette olfactive d’une généreuse complexité pour un pinot gris qui jouit d’un exquis soutien en nervosité.
Les arômes bien soulignés tirent sur la marmelade d’orange, le jujube et le caoutchouc frais.
Comme le nez, la bouche donne état d’une extraction de terroir qui est parfaitement accomplie: riche, sculptée, équilibrée, profonde et sur la fermeté d’un fruité trapu qui impulse du punch et de la persistance.
Ce pinot mérite amplement un coup de cœur.

Apogée
: 2005/2008
Dégustation : mars 2004

         
Haut de la page.

VENDANGES TARDIVES - SELECTIONS DE GRAINS NOBLES  Haut de la page.

 VENGANGES TARDIVES 


Pinot gris 2008

Nez noble de pâte à fruits (ananas, un peu carambole et bergamote), nectar de mangue, céleri-rave et dans la fraîcheur particulière du breuvage en mode botrytis.
Bouche enlevée, à peine grasse, car contenue rapidement d'une complexe acidité serrée et surtout d'une grande douceur délivrée dans la qualité d'un fruit qui ne seempâte nullement dans un sucre résiduel suspendu.
La persistance est bonne.
Ce vin mérite un coup de coeur.

Apogée
: 2013/2016+
Dégustation : août 2009

         

Haut de la page.