-

Cliquer pour retourner vers la page d'accueil du vigneron.

CREMANT




Crémant d'Alsace 2012
Brut

Il dispose d'une bonne attaque générale de bouche avec un arôme de pêche citrique et du citron vert léger.
D'une amertume en finale plus sensible que d'ordinaire pour le Domaine et assisté d'un gaz rafraîchissant, ce crémant est dans l'ensemble largement recommandable pour un apéro.

Apogée
: 2014/2015
Dégustation : juin 2013

Haut de la page.

Crémant d'Alsace 2008
Brut

Robe d’un jaune généreux.
Nez vif et bien fruité (pomme verte, abricot, pêche et un peu noisette).
Intense au palais et mûre à la fois.
La finale est éclatante ainsi que gourmande.

Apogée : 2011/2013
Dégustation : décembre 2010

         

Haut de la page.

Crémant d'Alsace 2006
Brut

Jaune moyen aux bulles assez fines. 
Nez frais et attrayant de fruits (prune, mirabelle), de la citronnelle (ou de la mélisse) et un peu de fougère. 
Bouche d'une qualité loyale sur un raisin que l'on sent très bien conduit. Finale sans indécision et cadrée. 
Un crémant représentatif et qui est proche d'un coup de cœur. 

Apogée : 2007/2009+
Dégustation : juin 2007

          

Haut de la page.

Crémant d'Alsace 
Brut

Mousse fine aux bulles exiguës.
Senteurs subtiles de citronnelle et de fines essences végétales comme la menthe des étangs ou la fougère.
Harmonieux, sans insipidité mais net et possédant du fond, ce vin dispose d’une charmante vinosité et d’une finale joliment longue, pure, limpide et sèche.
Mérite assurément un coup de cœur.

Apogée : 2004/2005
Dégustation : mars 2004

         

Haut de la page.

Crémant d'Alsace 2001
Brut

Robe limpide et d'un jaune qui n'est pas particulièrement très pâle.
Un parfait éclat des arômes (fruit fin et pluriel, croûte de pain au levain, un peu de menthol ou de sapinière) dans une subtile vinosité de la matière qui jusqu'au nez transparaît.
Il termine sur une texture de corps qui est racée et noble qui n'est pas sans rappeler certains très bons Champagne.
Tout est réuni pour concourir à obtenir la qualité d'un tel mousseux : le savoir-faire, la volonté, le millésime, un terroir frais.
C'est un cent pour-cent auxerrois, ce qui n'est pas si fréquent, et qui a été conservé sur lies pendant trois ans avant d'être dégorgé.
En conclusion: voici bien un tout grand mousseux d'Alsace, donc un des meilleurs de France; sec, complexe et d'une fierté naturelle.
C'est un double coup de cœur.

Apogée : 2007/2010+
Dégustation : juin 2007

         

Haut de la page.