-

Cliquer pour retourner vers la page d'accueil du vigneron.

RIESLING




Lieux-dits
Grands Crus

LIEUX-DITS  Haut de la page.

 BENNWIHR 


Riesling 2011
Tradition

De la constitution, un caractère ferme et une densité moyenne.
Arômes d’ananas confit, de la vigueur, l’anis et la tannicité du terroir.
Très joli équilibre et assurément qualitatif.


Apogée : 2014/2016
Dégustation : novembre 2013

Haut de la page.

Riesling 2008
Tradition

Belle couleur jaune.
Un riesling traditionnel impeccable et complet.
Nerveux, sans sucre, salin, rigoureux et équilibré.
Nez ample et pur de citronnelle, de fleurs blanches et de fougère avec une pointe de minéral.
Il mérite un coup de cœur.


Apogée : 2012/2014
Dégustation : septembre 2010

         

Haut de la page.

Riesling 2004
Vignoble de Bennwihr

Jaune vert.
Nez qui désigne l’origine; fruité profond sans extravagance; un peu tannique, robuste et fumé (arachide).
Bouche à la mâche développée, virile, concentrée et de pleine santé.
Longueur très correcte et propreté de la vinification: on y ressent le raisin bien récolté comme bien traité.
Un beau riesling.


Apogée : 2007/2008+
Dégustation : septembre 2006

Haut de la page.

Riesling 2002
Vignoble de Bennwihr

Robe jaune clair fort lumineux.
Nez riche mais pointu et complexe.
Senteurs de rhubarbe, de suie, de grenade et de fleurs (jacinthe, lilas).
L’acidité très vive et citrique (type groseille verte) encadre une matière pleine qui se termine par un accent du terroir (argileux/métallique).
Très réussi, c’est un parfait riesling de gastronomie.
Coup de cœur assuré.


Apogée
: 2006/2011?
Dégustation : mars 2005

         

Haut de la page.

 HOSPICE DE STRASBOURG 


Riesling 2004
Hospices de Strasbourg

Nez frais, assez pimpant, exotique; un peu vanillé, banane mûre, melon, grenade ainsi qu’avec un fruit métallique.
Bouche serrée en fruits, portée par le fût de chêne pas neuf et donc pas encombrant.
Milieu de bouche fondue, sur des amers cadenassés et qui se prolonge d’une fin de bouche énergique, mais d’une astringence particulière. Le retour de bouche est un peu collant et doit s’épurer.
Attendre un peu.


Apogée
: 2008/2009
Dégustation : septembre 2006

Haut de la page.

 REBGARTEN 


Riesling 2008
Rebgarten

Jaune pâle.
Nez délicatement cambré, subtil et plein.
Une définition fruitée impeccable, des fleurs blanches et une nuance acide de zeste en citron.
Bouche prenante, progressive et complète.
Du riesling bien façonné : long, pur et équilibré.
C’est un grand coup de cœur.


Apogée
: 2010/2015+
Dégustation : août 2010

         

Haut de la page.

Riesling 2004
Rebgarten

Grande acidité complexe et mûre au nez.
Des arômes d’un style un peu fermentaire mais, complexes, absolument agréables comme aboutis.
Ily a aussi de la pulpe de groseille rouge et de raisin blanc (ce qui est rare).
Aérien, complet, très rémanent et avec une note acidulée fort charmante et pas monolithique; très proche du raisin lui-même.
Plus on le goûte et plus l’on comprend qu’il trouve son origine dans de très vieilles vignes (54 ans).
Délicieuse et fine amertume de rafle d’un superbe raisin.
Un vin qui donnera un grand plaisir des années durant.
C'est un vrai coup de cœur.


Apogée
: 2007/2010+
Dégustation : septembre 2006

         

Haut de la page.

Riesling 2003
Rebgarten

Articulation de senteurs très mûres, sans fadeurs mais tendres d’agrumes doux comme le pomelo avec une pointe florale très directe comme l’acacia.
Il a été récolté suffisamment tôt comme le goût en banane acidulée l’atteste mais la marque de l’année dans le léger sucre résiduel en forme de massepain au miel fait présence.
C’est un riesling gourmand, souple et fondu qui plaira facilement.
A boire sans trop attendre.


Apogée
: 2005/2006
Dégustation : mars 2005

Haut de la page.

Riesling 2002
Rebgarten

Pomme verte/citron confit, croûte de pain avec déjà une formulation d’éthers complexe et développée. D’une provenance argileuse, cette cuvée distille bien le cachet de son "terroir robuste" mais dans une limpidité et une finesse d’expressions impeccable.
En bouche, une heureuse et très jolie acidité affinée contrebalance une matière virile qui s’agrémente d’amers délicats.
Coup de cœur et à deux doigts d’un double coup de cœur.


Apogée : 2006/2009
Dégustation : mars 2005

         

Haut de la page.

GRANDS-CRUS  Haut de la page.

 MAMBOURG 


Riesling Mambourg 2009

Grande robe jaune avec un peu de reflet vert et disque épais.
Ce vin poursuit absolument le style maison dans sa production qualitative pour ce cépage, dans ce grand cru particulier, et surtout en ce qui le concerne.
Nez corsé ultra vibrant d’une acidité jaillisante qui est citronnée et anisée.
Bouche d’une attaque tactile imposante et très fruitée (un ananas pétillant qui persiste, le coing) sur une acidité puissante et relevée. Mais elle est intriquée d’une tannicité de caractère mêlée du début à la fin, et avec cet épice qui tend jusqu’au cuir de Russie, en dicrétion. Finale remarquable.
Malgré l’originalité, le bon profit de ce Mambourg se transcrit parfaitement année après année.
Il mérite vraiment un grand coup de cœur.


Apogée : 2015/2019+
Dégustation : octobre 2013

         

Haut de la page.

Riesling Mambourg 2007

Belle robe au disque net.
Un vin qui gagne beaucoup à l’aération.
Des strates fruitées notamment sur l’ananas, de pâte de coing surtout, un prenant appui sur l’épice du carvi, un peu de fumé et une note florale.
Bouche pleine, rassurante et quand même d’un pincement bien spécifique sur la marque du terroir ; un peu tannique.
La fraîcheur et la densité sont à l’appel.
Il a de l’éclat et aussi du devenir.
C’est un grand coup de cœur qui affrontera le temps.


Apogée : 2013/2016+
Dégustation : août 2010

         

Haut de la page.

Riesling Mambourg 2004

A l’image de ce grand cru qui est bien à part, c’est un entremêlement original et très favorable de fruits (coing, pêche à l’alcool, pêche de vigne), de senteurs glycérinées, d'un peu de fleurs séchées et d’épices fortes.
Juteux en attaque, puis d’une grande puissance non pas en alcool mais, en force de caractère.
Importante insistance aromatique, pour le cépage, dans la longueur de bouche.
Impression de petits sucres résiduels. Il est plus porté sur l’astringence qu’à la minéralité elle-même qui décante ce côté fruité mûr un peu décalé à la ferveur du sol.
Une illustration parfaitement délivrée de ce terroir.
Coup de cœur mérité.


Apogée
: 2008/2011+
Dégustation : mars 2005

         

Haut de la page.

Riesling Mambourg 2002

Robe jaune pâle d’une grande brillance.
Beau fruité agréablement bridé par la "présence" originale du terroir : ananas, massepain, fumé.
A la fois plein et d’une véritable transparence de style, il est modelé d’une acidité spécifique et d’une impression un peu tannique en finale. 
C’est un Mambourg typique vraiment très réussi.
Coup de cœur assuré.


Apogée
: 2007/2011?
Dégustation : mars 2005

         

Haut de la page.