-

Cliquer pour retourner vers la page d'accueil du vigneron.

SYLVANER




Génériques
Lieux-dits

GENERIQUES  Haut de la page.

Sylvaner  2005

Un vin très correct, d’un fruit en place, d’une souplesse et d’une sapidité typées.
Rapport qualité/prix remarquable.

Apogée
: 2006/2007
Dégustation : octobre 2006

Haut de la page.

LIEUX-DITS  Haut de la page.

 ZELLBERG 


Sylvaner 2009
Zellberg

Robe avec un disque très épais et des larmes sur la paroi du verre.
Particulièrement puissant dans cette édition 2009, il dispense des arômes de zestes de citron blanchis, la coriandre en grain et une pointe d'alcool.
La bouche est fortement ample pour le cépage, mais structurée avec une finale réglisse/menthe plus le massepain.
Dommage pour lui qu'il déborde en halo d'un alcool sensible.

Apogée : 2013/2015+?
Dégustation : juillet 2011

 
 

Haut de la page.

Sylvaner 2008
Zellberg

Robe dense pour le cépage et d'agitation lente.
Nez conforme à celui-ci sur des accents lactés, de la noisette et l'âcreté de l'huile d'olive parfumée en fond d'écran ainsi qu'une légère pointe de banane.
Bouche concentrée, plutôt grasse, élancée aussi, mais peut-être d'un élevage un peu trop appuyé sur les lies.
L'impression générale est qualitativement d'appréciation positive.
Cependant, cette nervosité comme cadenassée ou pas offerte nous laisse cette fois sur notre faim.


Apogée : 2010/2012?
Dégustation : mai 2010

 
 

Haut de la page.

Sylvaner 2007
Zellberg

Robe d'un jaune épanoui pour un sylvaner et brillant.
Nez cadré et expansif d'une définition parfaite.
Des arômes de citron, de tangerine, de seringa et un peu de cardamome.
Bouche gouleyante avec une générosité fruitée qui s'avère apéritive.
La finale est pure et l'acidité un peu tartrique du millésime parachève bien l'expression du cépage.
Jolie longueur et un équilibre idéal.
Il mérite un double coup de cœur.


Apogée : 2010/2013
Dégustation : mars 2009

         
 

Haut de la page.

Sylvaner  2006
Zellberg

Robe jaune de concentration.
Nez assez profond de citron vert et d'amande un peu en l'essence d'un parfum, avec finesse et dans une rectitude qui est racée.
La bouche, parfaitement ordonnancée, délivre le beau caractère du cépage sur ce terroir d'une excellente exposition/composition.
Des sensations noblement crayeuses parsèment la finale et la complexité de l'acidité est bien à l'appel.
Il faudra courir pour essayer de dénicher une telle qualité dans cette année 2006.
C'est un vrai coup de cœur.

Apogée : 2008/2010+
Dégustation : novembre 2007

         
 

Haut de la page.

Sylvaner  2005
Zellberg

Jaune vert épanoui.
Floral/fruité loquace et fondu sur fond de carbone genre mine de crayon, du poivre parfumé et le sable argileux mouillé aussi.
Bouche d’un gras présent, d’une densité fruitée plus que très intéressante et avec un équilibre général souple et persistant.
L’acidité a le dernier mot et sa nervosité semble suffisante par rapport à l’importance de l’extrait sec de la matière.
Amande et piment du poivre en finale.
Il sera passionnant de suivre l’évolution de ce vin dans le temps qui ne prend le risque que d’être excellente, nous le pensons.
C’est un coup de cœur.

Apogée : 2007/2011+
Dégustation : mai 2007

         
 

Haut de la page.

Sylvaner  2004
Zellberg

Robe jaune citron.
Un parfum qui suit la couleur avec la délicatesse du citron frais, et aussi un peu de musc et de l’iode.
Bouche concentrée, notices minérales, un caractère incisif qui se mêle harmonieusement dans le corps et la profondeur de la finale qui, pour le cépage, est claire et colorée en saveurs complexes.
Un superbe sylvaner de gastronomie parfaitement équilibré.
C'est un joli coup de cœur.


Apogée : 2007/2009+
Dégustation : septembre 2006

         

Haut de la page.

Sylvaner  2003
Zellberg

Un superbe sylvaner qui fait prévaloir à la fois une diversité aromatique assez large ainsi qu’une cambrure assez peu rencontrée pour l’année.
Dégustation de style et d’une jolie rémanence sur une saveur noble de graines de carvi.
Le touché de bouche, harmonieux et délicat, atteste de la bonne conduite de la vendange comme du pouvoir de ce coteau à produire un sylvaner d’un grand niveau d’expression où la rondeur se mêle à la fraîcheur autour d’un fruit complexe.
Parfums de menthe blanche et de fenouil et même un peu d’orangette et de guimauve.
Il mérite un coup de cœur.
 
Apogée : 2006/2008
Dégustation : mars 2006

         

Haut de la page.