-

Cliquer pour retourner vers la page d'accueil du vigneron.

RIESLING




Lieux-dits
Grands Crus

LIEUX-DITS  Haut de la page.

 

Riesling 2011
Wolxheim

Comme pour le millésime 2008, la robe fait bon effet.
Le nez est "light" bien que varié (jus d'orange, abricot et cumin) et structuré, mais l'âpreté probablement rendue par un élevage sur lies un peu trop appuyé devrait au final s'intégrer sans dommage avec le temps.
Une personnalité identifiable avec de l'allonge.
C'est un riesling bon à très bon.

Apogée : 2014/2016+
Dégustation : janvier 2013

Haut de la page.

Riesling 2008
Wolxheim

Une vraiment jolie robe.
Nez de pierre à fusil, un peu de gaz vivifiant, une pointe de tabac et de fumé, un fruit simple (un peu sur le cassis), beau et en filigrane.
Bouche tranchante et serrée de texture minérale, mais qui enfle sa vigueur fruitée avec allant et spontanéité.
Un remarquable vin de riesling d'un poncif clair, nerveux et équilibré.
Bref, une sorte d'étalon du cépage dans le secteur.
Il mérite un coup de cœur.

Apogée : 2012/2014
Dégustation : avril 2010

         

Haut de la page.

Riesling 2008
Rothstein

Jaune moyen, frange assez fine.
Ce Rothstein est vraiment dans la même lignée que son frère aîné le 2007 avec bien sûr un moule acide un rien plus jeune et aussi peut-être une vigueur un peu plus carrée.
En tout cas, la définition aromatique est d'une identique définition et, à ce niveau là, il faudrait quasiment les déguster côte à côte pour pouvoir les distinguer spécifiquement.
C'est évidemment aussi un coup de cœur.

Apogée : 2012/2014+
Dégustation : avril 2010

         

Haut de la page.

Riesling 2007
Rothstein

Bouche fraîche dans laquelle l'acidité porte le vin dans l'intensité longiligne d'une matière délicate, serrée et minérale.
On trouve au nez l'expression du grès dans un minéral de type un peu cendré, des fleurs blanches, la menthe ou la pimprenelle, un peu d'anis ainsi que la muscade ou le macis.
De la définition, une persistance aromatique évidente de bout en bout et un aspect salin ductile.
C'est un coup de cœur.

Apogée : 2011/2013
Dégustation : avril 2009

         

Haut de la page.

GRANDS-CRUS  Haut de la page.

 ALTENBERG DE WOLXHEIM 


Riesling Altenberg de Wolxheim 2009

Il revêt l'expression d'un millésime solaire qu'il est effectivement.
Mâche, volume, mensuration en alcool sans défaveur, minéralité large et facile, saveurs d'amande et d'amers sur le mode de la quinine.
Le touché de bouche est qualitatif et la race est forcément présente bien que beaucoup plus fluide par rapport à un millésime comme 2005.
Ce vin est déjà quasi abouti.

Apogée
: 2014/2016+
Dégustation : janvier 2013

Haut de la page.

Riesling Altenberg de Wolxheim 2008

Robe plus soutenue de jaune que le millésime 2005.
Nez progressif et intense aussi, un peu sur des agrumes confits, le marron brisé, la citronnelle et surtout d'une netteté minérale évidente sans tumulte.
Bouche finement fruitée, d'un minéral entier pas trop revêche, avec assez bien d'acidité tartrique de modulations gustatives qui restent légèrement éparses.
De la classe, de la limpidité et de la persistance.
Cet édifice doit impérativement attendre le fondu des éléments de sa trame.
Il sera à terme au moins excellent.
C'est déjà un coup de cœur bien représentatif de l'année 2008.

Apogée
: 2013/2016
Dégustation : avril 2010

         

Haut de la page.

Riesling Altenberg de Wolxheim 2005

Jaune d'une teinte moyennement prononcée.
Le fondu d'un raisin très racé à une profonde minéralité est très perceptible au nez, déjà.
Un terroir envoûtant et de caractère dans le verre.
Des strates de saveurs avec en devanture la rectitude d'agrumes murs (tangerine) et l'expression hydrocarbonée d'un pétrole fin, qui enveloppent un fruit juteux et plus doux de nèfle, de mirabelle et d'épices comme le fenouil et le gingembre confit.
Une finale merveilleuse d'identité et de vibration : l'impression d'une eau de roche ou de sucer la roche elle-même.
Pureté cristalline et rétro olfaction limpide, un peu sur l'arachide.
C'est vraiment un double coup de cœur.

Apogée
: 2011/2015+
Dégustation : avril 2009

         

Haut de la page.