-

Cliquer pour retourner vers la page d'accueil du vigneron.

RIESLING




Génériques
Lieux-dits
Grands Crus

GENERIQUES  Haut de la page.

Riesling 2011
Vieilles Vignes

Bouche riche, assez tartrique et longue.
A ce stade, il présente un nez amandé, un peu de biscuit et une présence faible en sucrosité fruitée (groseille à maquerau, citronnelle, rhubarbe jeune), oseille et cerfeuil.
Vin d'une matière dense avec un bon goût de rafle.
Il est à attendre encore, car il est austère.

Apogée : 2016/2017++
Dégustation : mai 2013

Haut de la page.

Riesling 2011

Robe jaune pâle.
Si le fruit est peu sucré bien que défini et un peu sévère, la matière n'est pas maigre et reste représentative du secteur dans le mode d'une amertume expansive du début jusqu'à la fin.
Ce qui asseoit particulièrment l'expression de ce générique est la constance de ce "minéral liquide" genre cailloux broyés au palais; c'est ce que la typicité du terroir peut rendre.
Un vin à associer prioritairement avec des plats.

Apogée : 2014/2016+
Dégustation : mai 2013

Haut de la page.

Riesling 2008
Mémoire des Aïeux

Disque épais et robe profonde citron.
Un nez relativement gras pour le secteur qui dispense de la complexité et une force tranquille.
Arômes de verveine, de mousse de chêne et un peu fleuris aussi.
Caractère large en bouche, densité de matière forte et une finesse qui s'obtient bien avec le temps.
Coup de coeur proche d'un double coup de coeur.


Apogée : 2013/2015+
Dégustation : mai 2013

         

Haut de la page.

Riesling 2008

Beau nez souple et frais, sur la prune et la mirabelle.
Bouche de sève, d'harmonie et de persistance.
Il mérite un coup de cœur.

Apogée : 2010/2012+
Dégustation : décembre 2009

         

Haut de la page.

Riesling 2008
Vieilles Vignes

Robe jaune accentué.
Un nez direct, très droit (groseille blanche, petites herbes fraîches comme l'aneth, en discrétion sur le macaron et la menthe poivrée) d'un superbe classicisme de structure et de la densité.
Bouche très vive, acide, claire, équilibrée, amertume agréable en finale.
Un potentiel évident.
C'est un coup de cœur.

Apogée : 2010/2012+
Dégustation : décembre 2009

         

Haut de la page.

Riesling 2006
Vieilles Vignes

Jaune assez profond.
C'est un riesling concentré en extraits secs, sur l'ananas, le poivre blanc et le faux poivre aromatique.
Bouche à la fois serrée et déliée, graduelle ainsi qu'une finale de caractère.
A attendre.
Il mérite un coup de cœur.


Apogée : 2010/2013
Dégustation : juin 2008

         

Haut de la page.

Riesling 2004
Vieilles Vignes

Nez de pimprenelle, d’aubépine et un peu cendré.
Bouche ferme assez anguleuse.
Une acidité citrique pas trop revêche, un fruit entier d’une bonne façon, mais une finale relativement dure et tannique, à l’image du millésime.
Il s’agit d’un riesling bien représenté.


Apogée : 2007/2009?
Dégustation : mai 2006

 

Haut de la page.

LIEUX-DITS  Haut de la page.

 STEIN 


Riesling 2009
Stein

Superbe robe citron.
Joliment parfumé sur un éventail olfactif large: zestes fins, nèfle, bergamote, herbes aromatiques et cassonade.
Palais goûteux, cohérent, allongé dans une trame minérale subtile.
C’est un coup de cœur.

Apogée : 2013/2015
Dégustation : juillet 2013

         

Riesling 2008
Stein

Tangerine, citron, floral ; églantine, chèvrefeuille.
Robe lumineuse comme toujours.
Bouche dense, équilibrée, riche et vive. D'une très sérieuse longueur.
Un superbe vin plein de promesses.
Coup de cœur proche du double.

Apogée : 2011/2015+
Dégustation : novembre 2009

         

Riesling 2007
Stein

Grande brillance, jaune paille à olive aux reflets intenses.
D'un terroir vite réchauffant, il exhale une matière mûre pourtant ferme et citrique éclatante de santé et de pureté.
Le nez ciselé affirme avec parcimonie des agrumes d'orange, de citron vert, mais une fraîcheur très vraie et vive comme le basilic par exemple.
L'acidité est d'orfèvre, pointue et sans excès citrique, longue, et les arômes s'étirent jusqu'au bout avec ferveur.
Il mérite facilement un coup de cœur.

Apogée : 2010/2013+
Dégustation : juin 2008

         

Riesling 2006
Stein

Luminosité de la robe qui montre un certain gras sur le verre.
Nez plein, direct et subtil sur la rose et le citron.
La fine lame d'acidité un peu citrique donne du relief.
Excellent et à attendre.
C'est un coup de cœur.
Dégustation : juin 2008

Luminosité de la robe qui montre un certain gras sur le verre.
Nez plein, direct et hyper subtil sur la rose et le citron plus des saveurs très fondantes de tangerine et de macédoine de fruits d'une grande espèce.
La fine lame d'acidité un peu citrique donne du relief.
C'est vraiment excellent, un vin d'orfèvre et qui peut attendre encore.
C'est un double coup de cœur.

Apogée : 2010/2013+
Dégustation : juin 2009

         

Riesling 2005
Stein

Robe lumineuse à souhait.
Nez tout en nuances: arômes un peu confits, iodés ainsi que sur la pimprenelle et la bergamote.
Vin d’un poids léger et gracieux, mais très pur et savoureux, plein de coloration en fruits délicats (mandarine ou orange sanguine pelée à vif).
L’acidité est délicate, très élancée et suit le vin loin dans la fin de bouche.
Grande netteté de style et aucun sucre sensible: c’est un vin prodige d’un sol peu lourd qu’il faut absolument connaître pour grand amateur épris de subtilité et de finesse.
Légère réserve acerbe et aussi minérale à attendre.
C’est un grand coup de cœur, proche d’un double.


Apogée : 2009/2011+
Dégustation : janvier 2007

         

Haut de la page.

Riesling 2004
Stein

Robe lumineuse, jaune moyen aux reflets paille.
Nez d’un arôme d’une joviale expansivité, dans la fraîcheur d’une jolie vinosité qui apporte le pendant idéal.
Groseille verte, pêche blanche, un peu ananas (en boîte), sésame et oseille.
Bouche parfumée, radieuse, mûre bien que tendue, car associée d’une très fine acidité qui se prolonge jusqu’au bout de la dégustation et donne le dernier mot souhaité. Abricot sec en toute fin de bouche et resserrement de la mâche.
Un vin sec très réussi qui mérite un Coup de cœur.

Apogée : 2006/2009
Dégustation : mai 2006

         

Haut de la page.

GRANDS-CRUS  Haut de la page.

 ZOTZENBERG 


Riesling Zotzenberg 2011

Belle couleur jaune brillante avec un disque confortable.
Nez net, entier, incisif, peu fruité et vaguement fumé.
La bouche est intense et concentrée, moyennement longue pour un grand cru et pas super acide bien que revêche, parfumée sur le citron vert et une saveur de talc.
C'esr une représentation du riesling du secteur selon un mode qui est un rien agressif.
Ce vin n'est pas éloigné d'un coup de coeur.


Apogée : 2015/2016
Dégustation : mai 2013

Riesling Zotzenberg 2008

Une robe brillante un peu plus soutenue que d'habitude.
Un nez conscrit à ce terroir particulier et d'impressions positives pour le cépage: bicarbonate et crayeux, un fruit dense sans crêtes et fermé encore.
Il est tannique en bouche et délivre une très grande matière ainsi qu'une résolution de fin de palais sur la rectitude du citron qui plaira aux amateurs.
Le fruit confit pointe sa signature et la fougère aussi.
Grande netteté générale.
C'est un grand coup de cœur.


Apogée : 2012/2015+
Dégustation : janvier 2010

         

Riesling Zotzenberg 2007

Jaune olive au disque épais.
Nez graduel et contrasté à la fois comme souvent sur ce terroir original.
Pour cette année, un très beau fruit enfoui de prune verte, de poire acide, du lime, des fleurs blanches (chèvrefeuille) et du bicarbonate avec un aspect crayeux ou calcaire à la fois.
Une structure classique d'une forte présence, du corps et une expression fruitée sur l'amertume de groseille blanche, des tanins ainsi qu'une minéralité talquée et de lait concentré pas sucré comme d'habitude difficile à transcrire avec des mots.
C'est un beau coup de cœur pour ceux qui aiment la spécificité du riesling qui extirpe un caractère particulier, mais réussi.


Apogée : 2011/2014
Dégustation : juin 2008

         

Riesling Zotzenberg 2005

Brillance, jaune assez pâle et une certaine épaisseur à l’agitation.
Nez très finement fruité et construit aussi autour d’une chape indescriptible d’odeurs propres au terroir (un peu anisées ou de cardamome) avec un fruit de pomme ferme et de pulpe de pêche juste mûre ou presque.
Bouche d’une grande fraîcheur fondue et d’une acidité vive, mais qui arrondit chacun de ses angles en finale.
Petit resserrement particulier sur les agrumes et des saveurs de talc et de roches humides.
La longueur est sérieuse et, la toute fin de bouche, limpide et magique d’unité dans son style spécifique.
C’est un beau coup de cœur.


Apogée : 2009/2011+
Dégustation : janvier 2007

         

Haut de la page.

Riesling Zotzenberg 2003

Semi-fruit au nez, mais d’une forte personnalité, indéfinissable par des mots, avec aussi de l’essence d’amande, la fleur du lilas, une fragrance qui rappelle une base d’éther (ou d’extrait de fougère) d’un cachet particulier et qui n’est absolument pas associé à la notion d’une vendange trop avancée comme c’est le cas pour ce genre d’arôme. Il faut noter que cette cuvée est issue d’une année réputée pour être caniculaire. Dans le cas présent, nous n’en avons pas du tout la perception et cela est rare.
Attaque ample, structure et fermeté de milieu de bouche et une finale qui imprime une spécificité certaine du terroir.
Très long.
Ce qui est étonnant est la sapidité très pure de la finale à l’instar d’une eau de roche ainsi que le retour aromatique non encombrant d’essence d’amande.
Un vin atypique comme inclassable dans l’ensemble de la production des vins d’Alsace.
C’est un grand coup de cœur.


Apogée : 2007/2011+
Dégustation : mai 2006

         

Haut de la page.